Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 19:53

Pas question ici de répéter le discours gouvernemental : il impose des réformes de régression et non pas de progrès. Je vais ici exposer quelques idées de réformes qui permettraient d'améliorer l'université. N'hésitez pas à vous en inspirer si vous avez des motions à passer.

1) Anonymat

Il faut que ça cesse ! Les élèves se connaissent très mal, même au sein d'une classe, il  n'y a pas de photo de classe, les élèves et les profs ne connaissent pas leur noms/prénoms, pas d'échange de numéros de téléphone comme l'avaient arrangé mes profs de prépa MPSI... Ce phénomène empêche des liens sociaux étroits et va à l'encontre du travail en coopération qui s'avèrent souvent très bénéfique : untel ne comprend pas quelque chose qu'il demande à un autre, l'autre peut demander en retour... Pour plus de solidarité, faire cesser l'anonymat.

2) Pédagogie

Les cours magistraux sont fondés sur un principe tout ce qu'il y a de moins pédagogique : le prof sort son cours à une masse d'élèves, les élèves ne sont pas interrogés et peuvent à peine poser des questions... C'est pas parce qu'on fait mieux en TD qu'on ne doit pas le faire en cours ! Il faut en finir avec l'éducation en batterie ! Pour cela, réduire les effectifs, quitte à raser un certain nombre d'amphis pour reconstruire de vraies salles de classe.
Aussi, les professeurs doivent être plus pédagogues ! Beaucoup de profs de fac sont bons au niveau des connaissances, mais mauvais en pédagogie, tout simplement parce qu'ils n'y ont pas été formés ! Je pense que pour devenir professeur à l'université, le titre requis ne doit pas être le doctorat, mais un diplôme de pédagogie obtenu après une ou deux années de cours de...pédagogie ! Pas des cours de droit ou de la matière à enseigner, du moment que le niveau est suffisant pour les élèves. Le problème, c'est qu'avec la réforme des concours de l'enseignement, même les autres profs risquent d'être peu pédagogues...

3) Encadrement

En prépa on est encadré mais contraint, et à la fac on est libre mais pas encadré. Les deux étant plutôt incompatibles, il n'est pas facile de les concilier. Le mieux est peut-être que les profs donnent non pas des devoirs, mais des pistes de travail à faire par leurs élèves. Après, libre à chacun de travailler ou pas.

4) Contrôle des connaissances

Je me suis rendu compte qu'avoir uniquement deux séries de partiels comme contrôle de connaissances annuel ne permettait pas de bien connaître son niveau au bon moment, et aussi que ça incitait au travail irrégulier pour le court terme. Deux solutions possibles :

+On met de nombreux contrôles servant juste de mesure pour l'élève, et il passe une série d'examens par semestre en sachant mieux à quoi s'attendre comme résultat. Les contrôles servent surtout à savoir s'il faut travailler plus ou si on peut se permettre de travailler moins.
+Contrôle continu avec examen terminal en fin de licence. Un peu comme au lycée en fait. Je rappelle que contrairement à ce que pensent certains, on ne vient pas à la fac pour glander !

Certes, ces mesures pourraient être encore plus révolutionnaires, certes, j'ai très peu argumenté, mais je n'ai pas vraiment le temps de faire une bonne argumentation. En revanche, je suis prêt à discuter des critiques que vous pouvez faire sur ces propositions de solutions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Idées de politique
commenter cet article

commentaires

Bête spatio-temporelle 07/09/2009 17:58

A Clément : A, Monsieur le président a daigné poster un commentaire sur mon blog, et même m'accréditer ! (Car pour moi, tu seras toujours le président de l'UNEF Auvergne !)

L'allocation d'autonomie est une bonne chose, car comme son nom l'indique, elle permet d'être "autonome" à un âge où on peut se débrouiller sur de nombreux points. Après, je ne pense plus qu'il faille payer le travail de tous les élèves, car ce travail profite aux élèves, et pas à la société dans le sûr immédiat. N'empêche que ça pourrait peut-être en motiver, mais il me semblait avoir trouvé une faille mais je suis même pas sûr qu'elle s'applique dans notre système capitaliste... Le gros problème, c'est surtout que ça coûterait cher de payer les élèves de manière générale.

L'éducation, c'est important. Alors misons dessus, et misons bien !

Clément 02/09/2009 14:29

Perso, je suis assez d'accord avec BST (Bête Spatio-Temporelle) sur la question de l'encadrement. On considère en effet la fac comme le-lieu-ou-les-cours-sont-pas-obligés-et-ou-on-travaille-tout-seul. Sauf que, selon moi, cette façon de faire est la plus "gourmande"en pré-requis: on considère que tout étudiant possède déjà la maturité et la connaissance de l'institution universitaire pour pouvoir y travailler seul... sauf que s'il est le premier de sa famille à y accéder, et qu'il est un peu perdu dans le labyrinthe administratif de la fac, ... et bien il se démerde sur fond de "vous auriez du être au courant!". Jusqu'à ce qu'il décroche, faute de repère. (a ce sujet-entre autres- cf S. BEAUD,80% d'une classe d'âge au bac...et après?).

En fait, selon moi, les cours non-obligatoires ne servent qu'à justifier la misère des bourses, sur fond de "vous avez bien le temps de travailler à côté, à la fac".

D'où insurrection, solution. Je m'insurge contre le fait qu'un étudiant n'ait pas comme seule devoir qu'étudier, mais qu'il doivent en chier pour "se le permettre". Je m'insurge contre le fait qu'étudier soit vu comme un "investissement" personnel, avec retour sur investissement si salaire mirifique dans le futur. Un jeune qui décide de se former apporte un plus à l'ensemble de la société, qui profitera de ses capacités. Celle-ci doit donc le rétribuer pour ses efforts.

La solution? une allocation d'autonomie pour tous, en fonction des revenus propres de l'étudiant -non de ses parents-, lui permettant de subvenir à ses besoins essentiels: se loger, se nourrir bien, et de quoi avoir une vie sociale et culturelle digne de ce nom, sans avoir d'autres comptes à rendre que ceux de son assiduité et de son travail. On pourra ainsi avoir plus de cours, sortir avec un vrai bagage scientifique et critique, et mettre enfin tous les étudiants, quels que soient leurs milieux d'origine, sur un pied d'égalité face à l'institution scolaire. On donnera aussi un vrai statut social à l'étudiant, rétribué pour l'effort qu'il consent dans l'intéret de tous. Et peut-être permettra -t-on que l'ascenceur social fonctionne aussi pour les étages du bas!!

goeland60 30/08/2009 21:38

Un salut à Corentin en passant.

Personnellement, j'ai fait une prépa (vétérinaire !) puis un BTS cinéma (cadreur caméraman).
Je n'ai connu la FAC que pendant un an (cinéma-théâtre à Censier Paris III je crois).
J'ai eu le sentiment d'un manque terrible de moyens, ça me fait mal au coeur en y repensant à la lecture de ton article (plein de bonnes idée, je trouve, comme toujours ;-)) A++

Ju 29/08/2009 21:13

parceque c'est quoi toi faire els choses biens ?? tu sais au final la licence, ca t'apprends pas grand chose pour travailelr, la preuve, la licence en tant que diplome ne vaut pas grand chose, c'est surtout le master qui est determinant, c'est là ou tu te specialises, avec ton orientation pour les amsters pros, et plus avec els stages je pense pour les masters recherche ... La licence, c'est un peu pour avoir des bases et faire un tour d'horizon de la matière.

Bête spatio-temporelle 27/08/2009 21:47

Choisir ses cours à la carte c'est très bien, du moment qu'on est suffisamment informé pour savoir ce qui nous convient le mieux. Si par exemple cette année on m'avait demandé des cours à la carte, j'aurais complètement refusé la mécanique quantique alors que cette...saloperie en progrès sert beaucoup en thermodynamique microscopique, ce qui m'intéresse. (Au passage je parie que l'ordinateur quantique n'existera pas avant le XXIIème siècle, mais je crois que je ne serai plus là pour voir si j'ai gagné mon pari.)

Sinon je suis pas d'accord avec toi pour dire que le but c'est d'avoir ses partiels. Le but c'est d'avoir acquis des connaissances et un savoir-faire, et à la base, les partiels ne sont qu'un élément d'évaluation de ces connaissances. Sauf que pour réussir ses partiels, il vaut mieux suivre le prof comme un petit chien que de faire les choses bien, hélas. Et ça c'est révoltant.

Ju 27/08/2009 11:54

Bah il faut des 2 je pense, aussi bien un enseignement stricte pour certains, et de la liberté pour d'autres. Ensuite la majorité des profs repondent à tes questions tout de meme (meme si des prof cons ca existe hein, c'est comme partout). A Blaise Pascale je trouve que l'on n'est pas tres libre quand même, les matières sont imposées par exemple ... A l'ens on doit choisir nos cours à la carte en debut d'année, c'est assez destabilisant, en meme temps c'est ca qui permet la specialité que tu veux apres, et puis même, l'ENS et une université plus "normale" telle que BP font parti d'un cadre différent. Apres bosser regulierement, pas forcement justement, ce qui compte c'est que tu saches faire ce qu'il t'es demandé le jour J, apres c'est sur, c'est plus facile en bossant regulierement ... mais plus contraignant. Je pense Corentin que tu te fixes trop sur "je travaille tant d'heures", ce qui compte c'est, est ce que j'arrive a effectuer les exercices des differents TD en un temps raisonable, si oui, tu reussiras la grande majorité de tes partiels, sinon ben faut encore bosser, ca s'arrete là. Apres si t'es curieux rien ne t'interdis d'approfondir dans la matière, au contraire ... mais ca ne servira pas a grand chose pour les partiels, juste pour ta culture, ou peut etre tout simplement pour plus tard dans tes etudes.

Bête spatio-temporelle 26/08/2009 15:42

Nous en TD, on faisait tout le temps les mêmes exercices à peu de choses près, et la plupart des profs ne donnaient pas de conseils généraux, ou alors ils le faisaient en parlant dans leur barbe, et ça ça me rentre même pas dans les oreilles.
L'université n'est pas là que pour former des chercheurs : il y a aussi les professeurs et divers métiers plus techniques avec les parcours pro. Mais tu as bien vu que c'était un peu le mode de pensée.
Je crois que les profs n'ont pas à attendre que les élèves leur demandent pour donner des pistes.
En fait toi tu prônes une grande liberté, mais celle qu'on a à la fac ne serait-elle pas trop grande ? J'ai bien peur que si. Et puis ça donne pas tellement plus de souplesse que ça d'avoir l'examen terminal : ça force à bosser beaucoup à la fin, mais si on veut vraiment réussir on doit quand même travailler régulièrement (sauf cas indicibles...).

En tout cas, je crois qu'on est d'accord pour plus de pédagogie de la part des profs.

PS : en fait je dois admettre ne pas avoir très bien compris comment on fait pour réussir à la fac, peut-être que la seule année où j'y étais était bel et bien une aberration. M'enfin, je passe en L3, c'est déjà ça ^^.

Ju 26/08/2009 11:34

Pas tout à fait d'accord avec toi Corentin, déjà pour les cours magistraux, c'est vrai que dans l'idéale il faudrait etre moins nombreux, mais bon faut disposer du personnel. Et puis de toute facon, un cours s'est fait pour plus ou moins apprendre, pas pour comprendre, donc au final les questions semblent moins importante. Et comme tu dis, il existe les TD, qui la sont fait pour appliquer le cours, et donc comprendre.

Pour le travail à coté, tu disposes des td, on ne fait jamais tous les exos du TD, il t'en reste donc a faire. De plus tu peux toujours demander au profa la fin du cours, je l'ai deja fait plusieurs fois, ils peuvent toujours te recommander un livre ou un site internet. Tu n'es pas seul dans tes etudes, tu peux toujours demander des references ou poser une question justement(a ton avis pourquoi les profs te donnent leur mail au debut de l'année ?)

Ceci a un rapport avec le dernier paragraphe, mais me semble tout de meme aborder par un autre point de vue. A la base le but de la faculté, c'est de former des "chercheurs" (je reconnais qu'envoyer par default la masse d'étudiant dans un truc orienté recherche est desastreux, mais là n'est pas le sujet), or un chercheur justement se doit d'etre assez independant, si c'est pour avoir du tout-cuit comme au lycée ca ne sert a rien, le but est de chercher. En fait un prof n'est pas censé t'apprendre la matière, mais te permettre de pouvoir elargir tes conaissances par toi-même. Cela implique plusieurs choses, que tu ais des bases dans la matière tout de meme, d'où les cours, que tu saches comment tu travailles le mieux, d'où le travail personnel.

Ensuite entre le controle continu et els examens terminaux, chacun ses gouts, perso je prefere l'examen terminal, qui te permet une plus grande souplesse dans ta maniere de travailler.

Et puis oui c'est vrai que si on est à la faculté c'est avant tout pour avoir un diplome, mais ne pas etre contraint pour le travail a des consequences benefiques, tu travailles a ton besoin, pas besoin de "trop" travailler, donc plus de temps libre, et enfin tu t'organises comme tu veux, ce qui permet de liberer du temps pour une soirée par exemple.

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche