Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 12:41

En passant devant le cinéma, j'ai vu tout un tas d'affiches pour des films. Ça ne m'attirait pas. Je ne voulais pas rester dans mon ignorance, rester là à critiquer plein de films que je n'ai pas vus, donc j'ai pris une place pour Sous les jupes des filles.

C'est un film qui raconte l'histoire de plusieurs femmes parisiennes aux personnalités très variées : mère de quatre enfants, tête d'une agence de sondage, paranoïaque, avocate... Le film commence en disant que le climat change, que les femmes changent, et que pour le climat, on sait que c'est de la faute des hommes1.

Le mot "tempête" qualifie bien ce film. Ce que disent les personnages... n'est pas cohérent. Il y a plein d'idées dans tous les sens, et le registre sexuel ferait sursauter plus d'un conservateur...

Le thème prédominant est le thème des femmes. C'est un film féministe au même titre que Germinal est un livre populiste : un film qui parle des femmes.

Je vais faire une petite liste des idées qu'il y a dans ce film. Attention, n'oubliez pas que ces idées partent dans tous les sens.

  • Les femmes qui ne tiennent pas leurs engagements ne le font pas forcément par méchanceté, mais par idiotie (J'avoue que j'ai du mal à me l'imaginer...)
  • On pourrait être ménopausée à 35 ans.
  • Les strings trop fins, on appelle ça "du fil dentaire" ^_^.
  • En amour, ce n'est pas l'âge qui compte, mais un peu quand même.
  • Un homme du film s'est fait tuer par sa femme. La raison c'est que cet homme utilisait son intelligence pour blesser les autres. Il cherchait le point faible, quelque chose de très personnel, et une fois qu'il l'avait trouvé, il attaquait la personne là-dessus.
  • Il existe des godemichets présentés comme une bague d'alliance : coffret, enveloppe sombre moelleuse, et puis une bague autour du godemichet.
  • On peut avoir un cancer du sein alors qu'on a des tout petits seins.

Je n'ai pas apprécié dans ce film le manque de tenue.

Il y a clairement une cause féministe... La blonde parano dit qu'elle défend une cause acquise par la lutte (la pilule).

Aspects positifs du film :

+ C'est très vivant, on ne s'ennuie pas.
+ La liberté sexuelle. Il arrive que l'on voit le sexe des personnages.
+ Un certain professionalisme, il faut avouer. Il n'y a pas de figurants parasites, les autorisations ont été obtenues pour filmer à tel ou tel endroit.
+ Le principe même de donner un aperçu de ce que se disent les femmes entre femmes. Il y a là une certaine intimité qui par la publication du film a été brisée, d'où le nom "Sous les jupes de filles".
+ Par moments, c'est franchement drôle... ^_^

Aspects négatifs du film :

- Une confusion effarante. Ce que disent les personnages n'est pas cohérent.
- Une légèreté que je qualifierais de pathologique. Ce manque de tenue, ce laisser-aller, ce "c pas grave" permanent fait que les incohérences, les maladresses et les inepties parsèment ce film à peu près du début à la fin. Je dois vous mettre en garde, cette attitude est dangereuse, à la fin on se dit "J'aime baigner dans mon bac à merde.".
- Il montre le mauvais exemple en reproduisant des travers de la culture française : hypocrisie, recherche du plaisir égoïste... Ça va peut-être vous choquer, mais depuis quelque temps j'ai compris que ma culture n'était pas celle de ce pays (^_^) .
- Un côté rebutant indéniable. C'est dommage qu'un film qui fasse fuir soit aussi un film qui défend la cause féministe.
- Tout se passe à Paris. Ah, les citadins... Ils croient qu'ils ont tout, alors qu'en fait ils ont rien.

J'aimerais conclure en parlant du féminisme.

Dans des pays pauvres comme l'Egypte, des femmes se font héler dans les autobus par des hommes. Les hommes qui les hèlent ne s'arrêtent pas là et n'hésitent pas à les violer sur la place publique.
À Mayotte, les parents ne laissent pas les filles sortir. On les laisse sortir quand elles sont adultes, accompagnées par leur homme.

Ce que je veux dire, c'est que traiter un sujet aussi important avec une telle légèreté ne fait qu'étioler, galvauder un problème que l'on devrait prendre au sérieux. Là est je pense, l'erreur de ce film : il fait fuir les gens, il est féministe, par conséquent il est contre-productif.

Comment défendre une cause sans faire fuir ?

Quand on veut convaincre une personne, on apporte un élément nouveau. Cet élément nouveau, incohérent avec ce qu'il y a déjà dans l'esprit de la personne, entrainera une sensation de gêne : c'est la dissonance cognitive.

dissonance schema
Schéma de la dissonance cognitive. V' est l'élément nouveau.

Ensuite, il y a deux possibilités : soit la personne intègre l'élément nouveau (introjection), soit elle le rejette (projection).

introjection schema projection schema 


Dans les deux cas, le cerveau s'adapte de façon à créer une cohérence.

Pour convaincre une personne, il faut utiliser la méthode douce et éviter la dissonance cognitive.

Notes :

1 : En vrai, le réchauffement climatique est la faute des Hommes. Écrire Homme avec une majuscule revient à écrire être humain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Arts
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche