Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 17:00

Voici une question qui me taraude depuis longtemps : pourquoi tue-t-on les bêtes d'élevage plutôt que de les laisser mourir ? Seraient-elles impropres à la consommation si on les laissait mourir de vieillesse ?
Parce qu'il y a quand même quelque d'assez hypocrite envers l'animal dans l'agriculture : on lui donne de quoi manger, de quoi boire, et à la fin, on le tue. Bon, cela dit, les bêtes ne sont pas toujours élevées dans de bonnes conditions, loin de là.
Mais je me demande...
Ne devrions nous pas plutôt devenir végétariens ? Ou charognards ? Et pourquoi qu'on les mange pas, les cadavres de notre espèce, hein ? Pourquoi ce serait aux vers de les manger et pas nous ?
Ne serait-il pas moins lâche de se convertir à la chasse ?

Dans tous les cas, j'ai toujours l'impression que l'humanité est une espèce qui se cherche, et qu'elle ne s'est pas encore trouvée.

Si quelqu'un a un complément d'information à apporter, un désaccord à exprimer, une critique constructive à donner, le formulaire de commentaire est là pour ça ! Si vous êtes d'accord, vous pouvez toujours le dire...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Bête spatio-temporelle 30/05/2011 15:43



Je reviens sur ma promesse parce que ça fait VRAIMENT beaucoup à lire. Veganar, tu aurais dû en mettre moins ! (Et moi je devrais mettre moins de liens internes dans mes articles.)

Moi je pense qu'il y a plusieurs orientations possibles vis-à-vis de la viande :

-Soit on est totalement contre le meurtre et on devient tous végétariens, et on élimine les espèces carnivores comme les lions ou les hyènes.
-Soit on profite du fait que l'espèce humaine est capable de tuer à peu près n'importe quel animal mais de façon modérée, par exemple on pourrait dévorer des carcasses, faire les charognards, et
ne tuer que les espèces qui prolifèrent, ce qui me semble l'option la plus raisonnable.
-Soit on essaye plutôt de lutter contre l'hypocrisie de l'agriculture, et on devient chasseurs.

Dans tous les cas, je me rends compte que si on passait du jour au lendemain à un mode de vie sans élevage animal pour l'abbatage, il faudrait tuer un grand nombre de têtes de bétail au
préalable, autrement en résulterait un déséquilibre écologique dans lequel les moutons et les vaches pulluleraient, et on pourrait se retrouver avec une prolifération des prédateurs style loups
ou lions, du moins dans certaines contrées, et ça ce serait vraiment pas cool.



Bête spatio-temporelle 20/05/2011 00:21



Fhhhouuuu, ça va me faire beaucoup de choses à lire, tout ça. J'irai voir quand j'aurai le temps et l'envie. Mais promis, je lirai.



veganar 19/05/2011 23:55



Je t'invite à faire plus d'investigations pour ce qui concerne le végétalisme car il est adapté pour l'alimentation humaine (sous réserve d'assurer une supplémentation en vitamine B12). Tu
pourras te référer, par exemple, à la position officielle de l'Associations américaine de diététique et à celle des diététiciens du Canada, consultable ici. C'est marrant car tu sembles avoir une démarche
et une culture scientifiques et, justement non, il n'est pas prouvé que le végétalisme n'est pas bon pour la santé ! C'est même le contraire. Je me revendique aussi du rationalisme, et ça fait 15
ans que je mange végétalien, après 5 ans de végétarisme et 20 ans d'omnivorisme... et je peux encore laisser des commentaires sur les blogs ! Je mange aussi des gâteaux, mais sans oeufs ni beurre, il n'empêche qu'ils sont appréciés même par les individus omnivores ! Sur
le net, tu trouveras des tas de recettes strictement végétaliennes, de l'entrée aux desserts.  Au Royaume-Uni ou aux USA, il y a des personnes nées de parents végétaliens et qui continuent
elles aussi ce type d'alimentation depuis leur naissance, sans que ça ne leur pose de problèmes. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire attention, mais c'est la démarche sensée de tout
parent, en principe...


Idem pour ce qui est de l'alimentation préhistorique, à la première période, elle était presqu'exclusivement végétarienne et insectivore. Je te propose ce site en référence (le 1er que j'ai
trouvé sur Google) qui remet à sa place l'image d'Epinal de "l'Homme préhistorique carnivore". Et il ne semble pas spécialement délirant ou mystique. A toi de juger... et de poursuivre tes
recherches qui viendraient l'infirmer : si tu en trouves, cela m'intéresserait !


Je te cite un passage "Les éléments dont nous disposons indiquent que les australopithèques étaient végétariens et insectivores mais que, à l'occasion, il leur arrivait de déguster des
rongeurs, des reptiles, des oiseaux, des oeufs. Les espèces robustes se différencient par une alimentation exclusivement végétarienne. Les australopithèques de l'Afar consommaient abondamment les parties souterraines des plantes (racines, bulbes, tubercules,
rhizomes...) comme d'autres aliments coriaces tels que des légumes et des fruits"


En même temps, ce que faisait les humains préhistoriques les concernaient. Devrions-nous vivre dans des grottes aujourd'hui ?


Le sort que nous réservons aujourd'hui aux animaux nous concernent nous... d'autant que l'élevage intensif détourne jusque 40 % de la production mondiale de céréales avec un faible rendement...
ce qui participe à la faim dans le monde (c'est aussi une logique du capitalisme)...


Il est juste de s'interroger sur cette situation. Chacun en tire ensuite les conclusions qui lui conviennent... On prête cette remarque à Léonard de Vinci : "J'ai renoncé depuis des années à
l'utilisation de la viande, et le jour viendra où le fait de tuer un animal sera condamné au même titre que celui de tuer un humain."



pas tout à fait 19/05/2011 22:33



" Ce n'est pas la "contrainte naturelle" de devoir nous nourrir, vu que tous les nutriments sont disponibles dans les règnes végétal et minéral"


 


C'est pas tout à fait vrai; l'homme à toujours mangé de la viande. Et comme la sélection naturelle fait bien les choses cela signifie  que manger de la viande  est quelque chose de bon.
Il y a des protéines animale qu'on ne retrouve pas dans les végétaux.


Effectivement on peut s'en passer mais il faut faire du coup très attention à ce qu'on mange pour pas avoir de carances. D'ailleurs un végétarien mange toujorus des choses de provenance aniamle
(ex les oeufs), il a été prouvé que le régime végétalien n'est pas bon pour la santé.


Et faudrait faire une étude sur toute une vie pour voir si oui ou non manger de la viande permer d'avoir une espérance de vie plus longue (et en meilleur santée)



Veganar 18/05/2011 22:08



Ta manière de poser ce questionnement est intéressante et pas caricaturale, c'est assez rare.


Déjà, on peut s'interroger si la viande offerte sur les étals, issue de l'élevage industriel, est si apte à être consommée (90 % de la chair, du lait et des oeufs proviennent de l'élevage
intensif) : entre les résidus d'antibiotiques, les traces de vaccins, le gras saturé, le soja OGM et les suppléments ingurgités par les animaux... elle n'est pas si clean que ça.


Ensuite et c'est là le plus intéressant, aujourd'hui, dans les milieux tempérés en tout cas, ce n'est pas la nécessité qui motive l'alimentation carnée et ovo-lactée. On peut vivre de manière
saine et même être un gourmet de manière végétalienne ! Les nombreuses recettes internationales en témoignent. Actuellement, une pétition tourne avec succès contre l'inscription à l'Unesco de
la corrida au patrimoine immatériel de l'humanité. Elle dénonce la "torture ludique". Mais "manger de la viande" n'étant pas une nécessité (elle est même relativement néfaste selon la
quantité), cela revient à tuer ou à faire tuer par plaisir.... Ce n'est pas la "contrainte naturelle" de devoir nous nourrir, vu que tous les nutriments sont disponibles dans les règnes végétal
et minéral, on peut s'en passer, c'est autre chose... Cette autre chose est sûrement très complexe à définir : habitude, évolution culturelle (et non naturelle) de l'espèce, plaisir du goût,
élément fondateur de nombreuses civilisations (même si des individus et des groupes humains ont parfois refusé d'en manger durant l'Histoire), non interrogation de nos pratiques tant elles sont
intégrées... etc... Aujourd'hui, beaucoup pose la question éthique du fait d'élever et de tuer un animal, car on peut se la permettre. De nombreux ouvrages récents et débats traitent de ce sujet.
Cette remise en cause aurait des implications énormes. Se repose notre rapport à la violence et au meurtre aussi. Tolstoi a pu dire "Tant qu'il y aura des abattoirs, il y aura des champs de
bataille". Aussi certains vont jusqu'à proposer l'abolition de la
viande dans un manifeste (avec un argumentaire de 32 pages sur les implications sociales, sanitaires et écologiques qui en découlerait). Il y a aussi des liens entre les thèses pour
une révolution sociale (anarchiste ou... marxiste) et celles de la libération animale ici.


Personnellement, j'ai franchi le pas... Et depuis quelques mois, je peux dire que je suis végétarien depuis plus de la moitié de ma vie


Sur un plan éthique, je pourrai manger un animal mort naturellement (style crise cardiaque ou de vieillesse) ou accidentellement... mais j'avoue que je ne suis pas tenté !



Bête spatio-temporelle 18/05/2011 21:43



Si c'est pas mauvais, pourquoi pas ?



prout 17/05/2011 23:05



Parce que t'aimerais bouffer de la viande de vieux ?



Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche