Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 07:51
Comme le dirait un bon prof de maths, "Sans contexte, le texte est con !".

L'expression "fin de non-recevoir" n'est pas très connue, mettons-nous au point là-dessus.

Qu'est-ce qu'une fin de non-recevoir ? Au début, il y a deux personnes, elles se parlent et se fréquentent. Lorsque l'une d'entre elles décide de ne plus adresser la parole à l'autre et de ne plus la fréquenter, on dit qu'elle oppose une fin de non-recevoir.

J'avoue, c'est un peu une expression à la con. Ce serait plus logique de dire "fin de recevoir".

Je vais donner un exemple concret et réel.

Elodie* :

Heureusement que tu doutes, c'est le début de toute philosophie.
Je n'affuble pas le terme "donneur de leçon" d'une connotation négative de manière générale, je le fais en ce qui te concerne en un moment précis.
Il y a un tas de paramètres à prendre en considération avant de donner des leçons. La méconnaissance d'une personne aurait du te freiner.
Je ne sais pas si le pact mérite le temps que j'y consacre, de toute évidence, c'est plus le service civique qui pose problème. Le service civique ou comment faire croire aux gens à la lutte contre le chômage en les exploitant.
Je ne mets pas une partie de mes études entre parenthèses par plaisir, c'est le seul travail que j'ai trouvé en 2 mois 1/2 et je ne pouvais pas me permettre d'attendre un mois de plus, je n'ai ni bourse ni aide financière de ma famille, et j'ai un loyer à payer, avec des charges, etc. Je cherche toujours en parallèle.
Je travaille assidûment le chant, puisque concrètement, c'est du chant lyrique que je veux vivre plus tard.

Le PACT n'est pas uniquement bailleur social, les personnes bénéficiant d'un logement de l'asso adhèrent normalement à un accompagnement qui vise à leur permettre de se réhabiliter dans une période de leur vie afin de pouvoir ensuite réintégrer un autre logement en dehors de l'asso, et de se réinsérer professionnellement, socialement etc. En résumé. 
La réalité biensûr n'est pas toujours conforme à cet idéal, et je vais d'aberrations en aberrations. 
La cause principale est le manque de travailleurs sociaux, encore une histoire de soit-disant budget. Les travailleurs sociaux ont parfois jusqu'à plus de 50 familles à charges et ne peuvent pas s'en occuper comme il faudrait par manque de temps.

Corentin :

Hmmm, problème d'argent...

As-tu pensé à créer un blog où tu serais rémunérée pour droits d'auteurs ?
Ou alors à faire des vidéos Youtube à succès ? On m'a dit qu'avec plus de un million de vues, une vidéo peut faire gagner de l'argent à son auteur.
Ou alors sortir un CD, écrire un livre ?
Face à un problème si épineux, je n'ai guère d'autres solutions à te proposer, si ce n'est des solutions déshonorables. :-(

As-tu un petit ami pour te dépanner ? Une petite amie ? Une bande de potes ? Pour ma part, je ne risque pas trop de pouvoir t'aider, disons que si je donne une somme raisonnable, ce serait me mettre moi-même dans la merde.

À part ça, j'attends ta réponse par mail ! ;-)

BST

Corentin :

Salut,

j'aimerais bien que tu répondes à mon dernier gros mail, celui que je t'avais envoyé en été.

Révolutionne Noël, si le coeur t'en dis,

Corentin

Elodie :

A moi toute seule je révolutionnerai noël?
Et pourquoi tu veux révolutionner noel?

Corentin :

On s'écarte du sujet mais une question est une question, et elle exige une réponse adaptée. Même si ici ça touche à la question oratoire.

Tu peux révolutionner Noël au niveau local en choisissant de remplacer la crèche au pied du sapin par une farandole de démons dansants, et en choisissant de bruler un abominable Père Noël le 25 décembre pour protester contre la société de consommation. Ou autre chose. Même au niveau local, c'est révolutionnaire, car on sort du code.
Tu as deviné que j'aimerais révolutionner Noël. Pourquoi aimerais-je révolutionner Noël ? Tout simplement parce que je me suis posé les questions suivantes :
+Pourquoi ferait-on des super repas familiaux à cette époque de l'année et pas une autre ?
+Pourquoi offrirait-on des cadeaux à sa famille à cette époque de l'année et pas une autre ?
, et qu'aucune réponse, autre que conformiste, ne se présente.

Satisfaite ? (ou remboursée...)

Aaaaaah... Je risque de devenir lassant à le répéter, mais quand même, j'aimerais que tu répondes à mon mail du 13 Août. Tu n'es pas obligée de le faire dans l'immédiat.

En patience,

Corentin

Corentin :

Salut Elodie,

je me pose une question. Toi qui es si belle et qui pourrais séduire pratiquement n'importe qui : quel est ton genre d'homme ?

* Pour une raison d'anonymat, le prénom a été changé.

Cet exemple est tiré du réseau social facebook.

Le Corentin en question, c'est moi.

Examinons rationnellement la chose.

Je demande à Elodie quel est son genre d'hommes.

Cette question, je l'ai posée parce que j'étais curieux de savoir comment une femme... très belle, comme Elodie, se situerait sur ce point. Est-ce qu'elle était attirée par les stéréotypes hollywoodiens ? Par les beaux parleurs ?
Il n'y avait rien de méchant dans cette question.

Par la suite, Elodie ne m'a pas répondu. Cela ne me gêne pas excessivement qu'elle n'ait pas répondu à cette question particulière.
En revanche, elle ne m'a plus jamais adressé la parole par la suite.
Je lui ai parlé de ma propre initiative pour la relancer, mais là non plus elle ne répondait pas.

A ce moment-là, je me suis senti blessé.
J'ai demandé à Elodie pourquoi elle ne me répondait pas. Peut-être qu'elle avait une bonne raison, en tout cas, elle ne me l'a jamais dite.

Un manque d'attachement dans notre société

Je m'étais attaché à cette Elodie, sa passion pour la musique classique m'intéressait. Puis elle m'a opposé sa fin de non-recevoir de façon arbitraire.

L'arbitraire, c'est imposer une contrainte de façon injustifiée.

Je pense que la fin de non-recevoir est une violence sociale.

Est-ce qu'on a le droit de faire de la violence sociale ?

Les droits... ce n'est pas qu'une histoire de lois, c'est aussi une histoire de philosophie.

Quand un individu A aime un individu B, l'individu B a toutes les raisons d'aimer l'individu A.
Et quand un individu A n'aime pas un individu B, l'individu B a toutes les raisons de ne pas aimer l'individu A.
Quoi de plus logique ?

Il existe une règle de morale universelle, que les anglophones appellent "the Golden Rule", qui dit :

"Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse.".

Si ce n'est pas réciproque, il n'y a pas de morale !

Et qu'est-ce qu'il vaut mieux entre s'aimer et se haïr ?

~~~~~

Je pense qu'il y a, dans la société française, un manque d'importance accordé à l'amitié. Quelque chose qui fait souffrir.

De voir qu'en deux trois clics avec une fonction bloquer sur Internet, on peut se débarrasser d'une personne comme on jetterait un mouchoir, me choque.

Les communistes ont souvent imaginé une société idéale, mais je pense que pour la plupart, quelque chose leur a échappé.

Si l'exploitation de l'homme par l'homme a disparu, que la misère matérielle a disparu, que le crime a disparu, pour quelle raison ne pourrait-on pas faire confiance à n'importe quelle personne que l'on rencontre pour la première fois ?

Pourquoi ne serions-nous pas amis et solidaires tous ensemble, les connaissances de longue date comme celles d'un jour ?

Si on faisait plus attention à ce qui nous unit qu'à ce qui nous sépare, peut-être que les choses iraient mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche