Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 15:27

... sans qu'on en voie le bout. J'avais pensé à appeler cet article "Sur Grenoble, la misère ... 2", mais je me suis dit que ça lancerait une série d'articles à rallonge dont j'aimerais quand même bien voir le bout.

 

Dans cette ville, j'ai pas d'amis.

 

Sacré problème, hein ?

 

Mais là où c'est vraiment vraiment problématique, c'est que je crains qu'ici, ce problème soit très partagé.

Autant à Clermont-Ferrand, quand je cherchais à avoir une petite copine, je butais souvent sur le fait qu'elle avait déjà un petit copain et que deux, pour elle, c'était pas envisageable.

Autant ici, le zéro de la vie sociale s'applique à peu près à tout le monde.

 

Et puis j'ai l'impression d'être revenu au collège. Les pires années de collège, celles de 6ème 5ème, celle où tout le monde me faisait chier mais comme je refusais de me laisser faire, je me faisais exclure.

 

Exclure.

 

Exclu, comme j'ai été exclu du site web de Cittagazze pour avoir défendu mes opinions jusqu'au bout, parce que je considérais qu'elles étaient justes tant qu'on m'avait pas prouvé le contraire.

Parce que j'avais refusé de m'incliner devant la norme, parce que plus que tous les autres, je l'avais ouverte, j'avais combattu l'autocensure, qui est d'ailleurs la meilleure façon de faire marcher la censure, à moins que je ne me trompe, en tout cas, ça m'a l'air vachement efficace, pour censurer, l'autocensure.

 

Il y avait sur ce site plusieurs documents à valeur historique, dont un long débat sur les élections présidentielles de 2007. Hélas, ce débat n'est plus en ligne ; j'espère qu'il est au moins archivé, qu'on sauve les meubles, au moins !

 

Et puis je ne suis pas fait pour le compromis. Ou plutôt, j'ai du mal à apprendre l'art du compromis. Je suis tellement amoureux de la raison que j'en finis par avoir aussi peu de pitié que l'expérience face aux multiples théories qui veulent la décrire.

Et puis j'aimerais être parfait. Hélas, la misère du monde est telle que je crains fort de devoir m'aventurer sur les terres de l'irrationnel, au moins pour apprendre la raison à ceux qui la méconnaissent, tout en parlant leur langue.

J'en suis à me dire que des gens réellement moraux ne seraient pas acceptés dans la société ; ils mourraient avant même d'être adultes.

Alors je saigne mon honneur pour tirer les autres vers le haut.

Je sais, le compromis, ce n'est pas la compromission. La compromission, c'est mal. Le compromis, pas forcément.

Et je le crains, la vie est faite de compromis.

Il faudra faire avec.

Et apprendre l'art du compromis, pour en tirer le meilleur parti.

 

Quant aux menaces de l'UNEF locale, ça me fait bien rire.

A moins qu'il faille en pleurer ?

Je ne le sais.

 

Tout ce que je sais, c'est que les étudiants ne sont pas assez politisés. Non, le campus de Grenoble n'est pas à gauche : le campus de Grenoble est vachement apolitique. Et puis d'ailleurs, qu'est-ce que la gauche ? Je veux dire, la gauche, en politique.

 

A Condillac, ils veulent augmenter les prix. Vous savez, ceux qu'on paye tous les mois pour l'eau et l'électricité, ainsi que divers services comme la réparation de lavabos dégueulasses qui sortent des trucs noirs et marron avec de l'eau ou encore l'alimentation électrique de l'émetteur à ondes pour le wifi.

Et puis ils veulent compartimenter tout ça en "unités de vie", avec des clés magnétiques, comme ça on peut pas aller où on veut, chacun dans son petit monde avec les gens qui lui ressemblent, dans une joyeuse bâtisse de création d'antisociaux qui refusent d'aller à la renconter des autres.

Et puis en plus, à la moindre panne de courant, les portes sont bloquées, ah ben bravo ! La seule fois où j'ai eu à me servir d'une clé magnétique, c'était dans une soi-disant auberge de jeunesse à Berlin (A&O Hostels, si y en qui connaissent), c'était un truc industriel avec des gens antipathiques, pas sympas, même que j'en avais parlé ici.

Et puis on les faisait sortir en boîte pour leur faire croire que si, ils avaient une vie sociale.

 

...

 

Tiens d'ailleurs, comme disait un comique, si les points de suspension savaient parler, qu'est-ce qu'ils en diraient des choses !

J'avoue ne pas encore tout comprendre.

 

Et puis on se fait chier, ici. Il pleut tout le temps, et y a même pas une mini entreprise à la con qui est foutue de fabriquer des gouttières avec des petits moulins pour que chaque foyer ou chaque étage d'immeuble soit capable d'alimenter une batterie pour le wifi ou un serveur, mais qu'au moins, on teste le concept, et qu'on décentralise, bordel !

 

A quoi ça sert de planter des panneaux solaires chez soi si on est encore dépendant de EDF ? Tout ça, ça me donne envie de prendre ma carte au NPA, mais vu qu'au NPA, tout le monde n'est pas d'accord, je crois que je vais contacter les gens que je connais.

 

Et puis je me demande pourquoi ça marche aussi mal, les téléphones, les ordinateurs. Si les gens qui s'occupaient de ça étaient plus soigneux, je suis sûr que les choses iraient mieux, moins de prises de tête, moins d'envie de prendre une pioche pour défoncer son ancien ordinateur, même que c'est con, il faut le recycler, encore que, peut-être que ça reste recyclable après s'être fait défoncer le plastique et tout le reste par la pioche ? A voir.

 

En tout cas j'aimerais que les ingénieurs soient plus responsables. Ne voulais-je pas contacter un étudiant de l'école de papèterie pour lui partager une idée brillante ? Si, j'irai passer là-bas un de ces quatre.

 

Et puis l'armée, ils m'énervent. On les voit trop à Grenoble. Entre faire la promotion du pacifisme et avancer des idées du style "Il faut désarmer l'armée.", je ne sais pas trop où trouver le juste milieu.

La vie est faite de compromis, et visiblement, j'ai beaucoup à apprendre.

 

Et puis je crois que je vais me la jouer légaliste, juste comme ça, pour déconner, pour avoir accès à Internet dans ma résidence. A moins que ce ne soit trop tard. Le règlement dit bien qu'il faut respecter la loi, j'ai fait mon choix, puis-je revenir en arrière ? A trop vouloir choisir la méthode dure, je me demande si je commence pas un peu à dépasser mes limites.

Dépasser ses limites, c'est se casser la gueule. Repousser ses limites, c'est devenir capable de faire plus, et de réussir. Ca, c'est au Viet Vo Dao que je l'ai appris.

 

Et puis j'ai l'impression d'être au Moyen-Âge, ici. Même qu'il y a des parents qui ont invoqué un article désuet de 1804 pour interdire à leur fils de se marier (d'ailleurs c'était pas le code civil ?).

Et puis ici, j'ai l'impression que les gens ils croient encore que rencontre->mariage->baise->enfants->la-mort-qui-nous-sépare ça peut marcher. Sont-ils vraiment naïfs au point d'ignorer qu'on peut se marier en étant sûrs d'être avec la bonne personne, "l'homme de sa vie", "la femme de sa vie", alors que tant de fois ça a échoué qu'on a créé le divorce ?

 

Et puis ça sert à quoi, le mariage, bordel ? Avoir le droit de faire l'amour ensemble, comme l'indique Wikipedia en Anglais ? Officialiser une liaison éternelle ? Dans le dernier cas, le divorce devrait être interdit.

Et puis merde, si les homos ils veulent se marier, qu'on les laisse faire, mais qu'ils disent pas qu'on les a pas prévenus sur la stupidité de ce rituel archaïque.

 

Et puis c'était prévu qu'on ait 10 mois de bourses, pas 9 et demi. Sur le 10 ème mois de bourse, l'UNEF n'a pas encore gagné, pour le moment on est plutôt en train de perdre. Mais c'est un problème qui peut se régler.

Et puis les APL, c'est une par mois, pas une quand on a envie.

 

A part ça, la SNCF se vautre toujours dans son culte de la complexité pour les prix, même que ça coûte très cher, d'ailleurs c'est qui qui gagne dans cette histoire ?

 

Et puis quand je pense qu'un jour, j'ai détruit 10 Francs sans m'en rendre compte... Je croyais avoir volé quelqu'un, mais en fait non, c'était payé, personne n'a pu en profiter, et personne n'en profitera jamais. Du jeu. L'espèce de Tetris-like, ou le jeu de baston, au choix.

 

D'ailleurs il faudrait que SEGA développe le jeu d'arcade en Europe, et que ce soit bien, et pas cher !

 

Et puis je suis incapable de parler avec des sous-entendus. Peut-être que ça peut être utile. Peut-être que c'est pas toujours un truc de faux culs, d'hypocrites, de mondains, de saintes-nitouches. Peut-être que ça peut vraiment être utile. J'en sais rien.

 

Bon, il faut que je me reprenne, là. J'irai voir les musées, j'irai voir la Villeneuve, j'irai voir le lycée Mounier.

Et puis je me ferai des amis.

 

Je ne suis pas un lâche.

J'ai décidé de rester ici, et de me battre pour améliorer cette ville.

J'irai bien à l'étranger et ailleurs en France, mais Grenoble, c'est chez moi.

Grenoble, c'est chez moi.

 

Alors que les nuages défilent dans le ciel

Et que la révolte couve de plus belle

Les bougies brillent de toute leur force,

Et bientôt, elles se rencontreront,

Se fortifieront,

Et chasseront les ténèbres de cette ville,

La faisant briller de mille feux,

Splendide, éclatante,

Radieuse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle
commenter cet article

commentaires

Bête spatio-temporelle 05/05/2011 22:10



Oh, je t'en prie, ne me fais pas le coup de "Corentin il croit qu'il détient la vérité absolue et il écoute pas ce que disent les autres.", c'est faux et c'est saoûlant, à force...


 


Mais quand même, comment ai-je fait mon compte pour que ma subjectivité vis-à-vis de cette ville soit si différente de celle des autres ? Aurais-je jugé cette ville sur sa section de l'UNEF ?
Non, quand même pas... Mais un peu aussi quand même. En fait, si j'avais été à la FSE cette année, je me serais fait sûrement plein de potes et j'aurais pas trop vu la différence avec
Clermont-Ferrand, ville dans laquelle mes amis gravitaient autour de l'UNEF tuudarde... En fait, ce qui m'a tué, c'est l'énergie que j'ai dépensée à vouloir casser le mythe de l'UNEF imprenable,
ce combat contre les superlatifs et phrases universelles exagérées du type "c'est impossible"... Bordel de merde, pourquoi personne ne m'a écouté quand j'ai voulu monter une section de l'UNEF
!!!!! >_< Si seulement j'avais eu du soutien, on les aurait viré ces trois quatre bureaucrates de mes deux... qui continuent à pourrir le mouvement social vu qu'on les a pas virés -_-


 


Sans déconner, j'ai l'impression qu'ici, c'est pas dans le milieu militant que je vais trouver mes amis, mais plutôt dans le milieu de la recherche. En fait j'en sais rien, et au pire je m'en
fous.



simon v. 04/05/2011 10:02



"je saigne mon honneur pour tirer les autres vers le haut"... Crois-tu réellement que le gens sont inférieurs à toi ? tu dis qu'à Grenoble, tout le monde est nul, que "le zéro
de la vie sociale s'applique à peu près à tout le monde"... Mais tu es fou ! tu ne sors pas de chez toi ! n'as-tu donc pas vu les gens dans la rues, les expos, les concerts, les bars, les
festivals dans la région, les foires, les marchés, etc.... ??


Moi je suis grenoblois, et je suis loin d'êter déprimé, seul, sans amis comme tu le dis, et je ne suis pas le seul !


Je pense que tu devrais t'ouvrir plus, accepter l'opinion d'autrui, arréter de t'enfermer dans tes pensées, et de croire que tu détient la vérité à toi tout seul...


 



Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche