Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 13:52

Il est un droit qui reste à acquérir pour la démocratie : le droit à la révocation.

Réfléchissons un petit peu : il arrive que les politiciens, les ministres, les présidents, les députés, fassent des erreurs, des grosses même. Mais si ils prenaient ça comme un job, peut-être qu'ils se croiraient pas tout permis et qu'ils feraient moins de conneries. Ce ne seraient que des intermédiaires entre le peuple et lui même : ils s'approprient la volonté générale, la centralisent, et la diffusent aux forces de l'ordre, qui appliquent alors la volonté générale, celle du peuple. Des représentants du peuple, quoi.

Lorsqu'un chef d'Etat n'écoute plus ce que lui dit son peuple, il peut finir par agir tel un despote, censurant la presse, tuant des inoccents, s'acharnant sur une catégorie de la population au mépris de ce qu'elle est réellement. De même, un chef d'entreprise, ou chef de service, qui abuse du pouvoir qu'on lui a confié, doit pouvoir être mis à la porte par l'équipe qu'il est censé organiser. Viré, en quelque sorte.

Le droit à la révocation, c'est la possibilité de pouvoir ôter à quelqu'un les pouvoirs qu'on lui avait donnés.

En France, alors que souffle un vent de révolution et que Sarkozy ne représente plus du tout le peuple qui l'avait choisi, le droit à la révocation devient plus que jamais une question d'actualité. Je ne peux m'empêcher de penser à la façon dont on a acquis le droit de grève : le droit de grève a été acquis par la grève, qui était de fait illégale. Le droit à la révocation ne s'obtiendra pas par prière, il s'arrachera. Imposer la démission à Sarkozy, ceci me semble une bien bonne façon de s'y prendre.

Mais que ceci ne soit pas fait de manière sale : si les gens du monde entier voient la lame de la guillotine s'abattre sur Sarkozy devant une foule hystérique, il sera facile de dire que c'est là l'oeuvre d'une bande d'agités.
Mais si nous discutons, tous ensemble, de ce droit, de ce qu'il doit faire, de ce qu'il ne doit pas faire, et que nous parvenons à montrer, sur tous les écrans, sur toutes les radios, sur tous les journaux du monde, les images d'un président isolé, vaincu, qui signe le papier mettant fin à ses fonctions au milieu de citoyens calmes et organisés, ce sera là une bonne promotion de la démocratie.

On peut s'attendre à ce que la police, l'armée, ou autre, intervienne pour empêcher qu'une telle situation se produise. Mais après tout, quand on regarde bien, la politique du gouvernement est tellement immonde que même les alliés traditionnels de la droite commencent à se retourner contre lui :

-L'Eglise catholique fait entendre au grand jour le mécontentement des chrétiens qui couvait depuis bien longtemps avec des associations comme le Cercle du silence ou la Cimade

-Le villepinisme que je croyais mort ressurgit, avec l'expression "valeurs républicaines" qui revient à la mode et, parfois, touche des gens de gauche un peu naïfs
-Un fossé semble se creuser parmi les forces de l'ordre entre ceux qui veulent servir les citoyens et ceux qui les tuent
-Des journaux comme Le Monde, Le Point, L'Express, loin de servir la droite comme lors de la campagne de Sarkozy en 2007, commencent à se détacher de l'empire médiatique que celui ci a voulu contrôler
-Les magistrats descendent dans la rue pour protester contre la fermeture de leurs tribunaux, entre autres
-Les cadres font apprendre qu'ils ont un syndicat, la CFE-CGC, et que eux aussi s'inquiètent pour leur avenir
-Des membres de l'armée déplorent la baisse des moyens dont ils sont aussi victimes, dans un contexte de remboursement aveugle de la dette publique
-Des infirmières et des médecins généralistes se sont déjà mis en grève dans l'année, alors qu'il est très difficile d'arrêter son activité lorsqu'elle est aussi importante que celle ci, et que les conditions de travail sont déjà pénibles avec le manque de postes actuels

Là où je veux en venir ? En s'opposant à Sarkozy, on fait face à un adversaire très affaibli. Il sera possible, et même nécessaire, de rallier une partie des forces armées à la cause de l'intérêt général. Je suis sûr que beaucoup d'entre eux ne savent pas ce qu'ils font. Qu'ils se sont égarés, un peu comme un élève mal informé peut aller dans un lycée agricole pour faire ingénieur agronome.

Je le répète encore, si on mise sur le terrain de la force physique, tout ce qu'on risque, c'est de se faire rétamer dans le sang et de donner une opportunité à la Vème République de se consolider dans sa dureté et sa barbarie. Ou pire, de mettre la France en état de guerre civile. Y a rien de pire qu'une guerre civile.

Passons les considérations sur les rapports de force pour en revenir au fond. A vrai dire, le droit à la révocation est un droit fondamental qui aurait dû être acquis dans le monde entier depuis bien longtemps. Il n'établit pas à lui tout seul la démocratie, mais c'est une avancée provisoire qui permet de la conquérir sur le long terme.
Aujourd'hui, ce droit à la révocation n'existe pas dans l'écrasante majorité des pays, de même que la démocratie n'existe pas dans l'écrasante majorité des pays. Nous en sommes encore à la préhistoire.
Ce droit, nous devons le conquérir. Quelqu'en semble la difficulté. Le rapport de force favorable que j'ai souligné plus haut dans le texte nous dit simplement qu'on peut se permettre de l'exiger.

Le droit à la révocation pourrait faire un bon sujet de discussion, une fois de plus j'invite ceux qui ont quelque chose à dire à prendre la parole et à laisser un commentaire. Un forum lié au site web devrait se mettre en place, mais attendez encore un peu, je veux que tout soit nickel avant de mettre la machine en route.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Idées de politique
commenter cet article

commentaires

Bête spatio-temporelle 24/11/2010 18:37



"C'est aburde :


en formule "papier", celui qui se retire, il RAYE son nom de la liste manuscrite. Il n'y a plus que 24 (23+1) délégateurs sur la liste du délégué de base.
et, en conséquence le DELEGUE n'est plus délégué.
(en version papier en AG, il suffit que le délégué ait déposé sa liste au bureau de validation.... le délégateur mécontent demande à rayer son nom)


en formule "électronique".... le délégateur mécontent accède à son compte (par un code perso) et il se RETIRE de la liste de la même façon.


"


 


Ah oui, OK, j'avais pas compris. En fait, dire qu'un délégateur se retire, ça veut dire qu'il n'accorde aucune confiance au délégateur et qu'il demande à être retiré de la liste des délégateurs,
ce qui révoque le délégateur.


 


  " Cette Assemblée Générale Bisounours n'existe que dans votre imagination. Aux magouilleurs PCF (ils n'ont jamais cessé depuis 1973 et l'UNCAL) se sont ajoutés les magouilleurs NPA-LCR,
les magouilleurs UNEF-PS, les magouilleurs anarchistes partisans de la hiérarchie des salaires, les magouilleurs mélenchonistes....


j'ai participé en 1973 à des AG étudiantes, j'ai - nous en débattions avec lui à la dernière maif - travaillé avec des PCF minoritaires à organiser des AG pirates contre la volonté des dirigeants
SNIPegc (instits) proches et membres du Partis Socialiste dans les années 80, j'ai appartenu à une cellule de la LCR dont le secteur d'intervention comprenait les "collèges techniques" pour les
années 2000 j'ai des compte-rendus de la façon dont les AG sont manipulées par des LCR, des PCF, des mélenchonistes etc etc...


... et cette proposition de RAJOUTER un etage est directement le PRODUIT DE DEBATS PERMANENTS avec Julie Amadis."


 


Oulah, tu m'as l'air d'avoir une sacrée expérience en matière d'anti-magouille... Moi je pense qu'il faut pas s'attendre à une magouille à chaque AG, mais juste être vigilant.


 


Parmi les magouilleurs d'aujourd'hui, je pense que très peu se revendiquent de l'URSS de Staline, mais je suppose que nombre de méthodes crapuleuses leur sont communes. Relever les faits précis,
les dire au bon moment, de la bonne manière, ça permet de faire un peu de prévention. Et puis c'est marrant de traiter certains "soldats de la passivité" de gros stals, entre potes, pour se
marrer et dédramatiser.


 


Voilà, maintenant j'aimerais te poser une question : quel est le but de tout ce dispositif ?



Yanick Toutain 16/11/2010 18:00



Bravo, tout d'abord pour cette participation à un débat crucial pour la constrcution d'une nouvelle démocratie et pour l'abolition du capitalisme.


Vous avez écrit :


"Si l'un des délégateurs se retire, c'est surtout une personne de moins pour exercer un contrôle sur le chef au cas où il n'en ferait qu'à sa tête..."


  C'est aburde :


en formule "papier", celui qui se retire, il RAYE son nom de la liste manuscrite. Il n'y a plus que 24 (23+1) délégateurs sur la liste du délégué de base.
et, en conséquence le DELEGUE n'est plus délégué.
(en version papier en AG, il suffit que le délégué ait déposé sa liste au bureau de validation.... le délégateur mécontent demande à rayer son nom)


en formule "électronique".... le délégateur mécontent accède à son compte (par un code perso) et il se RETIRE de la liste de la même façon.
Si vous connaissez Facebook, le fonctionnement ressemblerait . Sauf q'il n'y aurait que 24 AMIS.
Il pourrait y avoir une liste d'attente : si UNTEL (votre préféré) qui n'est pas VOTRE délégué, PERD son nombre de délégateurs, il suffit que vous soyez dans une LISTE D'ATTENTE et vous viendriez
COMPLETER les 24. (avec un effet domino que l'ordinateur gèrerait)


Vous avez, ensuite, écrit


25 personnes qui désignent parmi elles un porte parole et qui laissent faire leur représentant passivement exercent un contrôle beaucoup moins fort sur lui que 500 personnes, qui
désignent parmi elles 2 porte-paroles, qui ont constamment à l'oeil leur action et qui sont prêtes à intervenir de façon mesurée au moindre débordement, ne le font avec leur 2 représentants.



  Cette Assemblée Générale Bisounours n'existe que dans votre imagination. Aux magouilleurs PCF (ils n'ont jamais cessé depuis 1973 et l'UNCAL) se sont ajoutés les magouilleurs NPA-LCR, les
magouilleurs UNEF-PS, les magouilleurs anarchistes partisans de la hiérarchie des salaires, les magouilleurs mélenchonistes....


j'ai participé en 1973 à des AG étudiantes, j'ai - nous en débattions avec lui à la dernière maif - travaillé avec des PCF minoritaires à organiser des AG pirates contre la volonté des dirigeants
SNIPegc (instits) proches et membres du Partis Socialiste dans les années 80, j'ai appartenu à une cellule de la LCR dont le secteur d'intervention comprenait les "collèges techniques" pour les
années 2000 j'ai des compte-rendus de la façon dont les AG sont manipulées par des LCR, des PCF, des mélenchonistes etc etc...


... et cette proposition de RAJOUTER un etage est directement le PRODUIT DE DEBATS PERMANENTS avec Julie Amadis.


Si vous réunissez 500 personnes, vous aurez 20 délégués de base.


Mais ces 20 délégués de base ne SE METTRONT PAS D'ACCORD. Dans le sytème que nous préconisons, une partie d'entre eux (12 par exemple) s'éssocieront avec 10 délégués de base provenant d'un autre
secteur et 3 délégués d'un autre encore.
Quant aux 8 délégués, ils chercheront 17 délégués avec lesquels ILS AURONT des PERSPECTIVES COMMUNES.


Vous semblez ne pas avoir compris que notre perspective n'est NI CORPORATISTE, NI SECTORIELLE.


Vous pourrez même être assiocié à des délégués chinois ou africains


quant au


"Ce qu'il faut, c'est que les gens comprennent qu'il n'y a pas de démocratie sans contre-pouvoirs ;-)


... il est le baratin habituel de tous les VOLEURS de démocratie, les CONFISCATEURS de POUVOIR !


Il ne faut pas un CONTRE-pouvoir, il faut une POUVOIR REVOCABLE A TOUT MOMENT !


 


(Je précise ici que la clé du coffre est rendue (300 euros par mois) au peuple. Les politiques ne pourront plus rien subventionner.


 


salutations égalitaristes



Bête spatio-temporelle 16/11/2010 14:24



"Si l'un des 24 délégateurs se retire, vous n'êtes plus RIEN (un simple OBSERVATEUR)"


 


Si l'un des délégateurs se retire, c'est surtout une personne de moins pour exercer un contrôle sur le chef au cas où il n'en ferait qu'à sa tête...


 


25 personnes qui désignent parmi elles un porte parole et qui laissent faire leur représentant passivement exercent un contrôle beaucoup moins fort sur lui que 500 personnes, qui désignent parmi
elles 2 porte-paroles, qui ont constamment à l'oeil leur action et qui sont prêtes à intervenir de façon mesurée au moindre débordement, ne le font avec leur 2 représentants.


 


Ce qu'il faut, c'est que les gens comprennent qu'il n'y a pas de démocratie sans contre-pouvoirs ;-)



Yanick Toutain 07/11/2010 20:13



Pratiquemnt, j'expliquais cet après-midi, dans la manif, comment procéder. (Je l'avais déjà expliqué à des jeunes dans des manifs précédentes)


version papier :


Vous prenez une feuille.


Avec 24 lignes.


Vos 24 délégateurs inscrivent leurs 24 noms.


Vous êtes donc UN délégué de BASE.


Si l'un des 24 délégateurs se retire, vous n'êtes plus RIEN (un simple OBSERVATEUR)


Idem pour l'étage du dessus.


Le délégué de CONSEIL prend une feuille, avec 24 lignes.


Et sur chacune des 24 lignes doit figurer le NOM de l'un des 24 délégués de BASE qui le CHOISISSENT.


 


Il n'y a pas de corps électoral. Pas de secteur. 12 Parisiens, 2 Espagnols, et 11 navigateurs peuvent s'associer pour désigner leur DELEGUE de base.


Le seul critère d'âge, c'est le FAIT de SAVOIR LIRE.


 


Version télématique (je dois retourner chercher un mail où je l'expliquais à un copain prof d'informatique)


TOUS LES NOMS SONT PUBLICS



Yanick Toutain 07/11/2010 20:08



Bonjour


Si nous voulons débattre de façon constructive, il faut citer l'autre et définir précisément de quoi il s'agit.


Vous écrivez "trop d'échelons".


C'est absurde. En 4 échelons, ce sont près de 400 000 citoyens qui sont représentés.


Expliquez-moi comment révoquer un délégué-DEPUTE qui serait désigné par 15 000 personnes ?


Notre réponse est simple : ll serait CONTROLE en permanence par ses 24 délégateurs. Chacun des 24 délégateurs, s'il se retire annihile le pouvoir décisoire du délégué député.


Quant à ses 24 délégateurs (ce sont des "délégués de conseils") , ils sont, eux-mêmes, sous le contrôle de 24 délégués de base.


La logique est très simple 25 puissance 4 égale 390 625.


Si vous augmentez le 25, vous allez réduire le nombre d'étage, mais vous affaiblissez le contrôle.


Si vous diminuez le 25, vous AUGMENTEZ le pouvoir de chacun des délégués sur l'étage supérieur, mais vous augmentez le nombre d'étage.


Pour la Commune de Paris, on avait (environ) un délgué pour 15000


http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9lus_de_la_Commune_de_Paris#.C3.89lections


Mais ... comment le REVOQUER ?


Pour la Révolution de 1917, un délégué pour 500 ou pour 1000.


Le choix du "25" est venu de la volonté de RAJOUTER un étage intermédiaire.


Et donc, comme 25*25 = 625, on avait donc un DELEGUE d'Assemblée Générale qui pouvait être désigné par 25 délégués qui eux-mêmes étaient désignés par 25 délégateurs de base.


 


 


 



Bête spatio-temporelle 07/11/2010 18:02



Je trouve qu'il y a trop d'échelons dans cette pyramide ; des représentants de représentants de citoyens, c'est déjà deux risques de se faire avoir par la hiérarchie, et je trouve que c'est
largement suffisant. Et encore, je suis gentil en disant "largement suffisant".


 


Le plus important, c'est de répondre à la question suivante : techniquement, comment peut-on révoquer un représentant ? Quels moyens de contrôle faut-il mettre en place pour y arriver ?


 


Sinon, je suis allé sur ton blog, et je trouve tout cela plutôt chaotique : mésusage du CAPS LOCK, opposition confuse à la notion de Constitution... Evite de faire le toto, s'il te plaît ^_^


 


Et sinon, j'ai vu plein de références historiques, mais comme moi j'y connais pas grand-chose,  j'ai rien compris. Sache que beaucoup de gens sont dans ce cas là, la prochaine fois, explique
de quoi tu parles.



Yanick Toutain 03/11/2010 21:35



Bonjour


ma tentative de placer le code de la chanson "Revoquons Sarkozy" ayant raté, je vous donne le lien



http://www.youtube.com/watch?v=exdnchJyXS4


Si vous tapez "

Yanick Toutain 03/11/2010 21:08







Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche