Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 20:40

Reprenons les choses depuis le début.

Depuis longtemps, dans les écoles d'ingénieurs, tous les nouveaux élèves subissent ce qu'on appelle le bizutage : on leur fait passer tout un tas d'épreuves, un peu comme un rite d'entrée dans une tribu ou un milieu religieux fermé. Aujourd'hui, on ne parle plus de bizutage mais d'intégration : l'intégration se veut plus cool, moins violente.

Lorsque j'étais en classe prépa, j'ai participé à la journée d'intégration. C'était un Mercredi après-midi, en Septembre 2007, il faisait beau. J'étais en classe prépa MPSI au lycée La Fayette, à Clermont-Ferrand. Les PTSI, les PT, les ATS, les PCSI et les PSI* n'étaient pas venus : seuls étaient présents une partie des MPSI et des MP. Au début, on allait vendre des bonbons dans la ville, histoire de financer la journée d'intégration : on y allait par groupes de deux avec un sac poubelle sur le torse et une affiche "Maths Sup Laf'", ou quelque chose du genre. On a vendu les bonbons, et on a fait quelques activités rigolotes, du genre se mettre allongé sous une outre à vinasse et boire le plus longtemps possible. J'ai tenu 28 secondes. Y en a qui ont fait moins. Y en a qui ont fait plus. Moi au moins j'ai pas fini bourré avec de la piquette.

Le soir, pour ceux qui en avaient les moyens, on était allés à la pizzeria. D'ailleurs il me semble que j'avais eu du mal à trouver les pièces...

A noter que le meilleur élève de la classe n'était pas venu, mais on lui en voulait pas pour ça, c'était un gars sympa.

A Grenoble, le 4 Septembre 2010, juste à côté du cortège de la manif rassemblé à la gare, des stands de Grenoble INP distribuaient des calendriers de l'intégration. Putain, ils en ont pour plusieurs semaines, et bien chargées en plus. Mais qu'est-ce que Grenoble INP me direz-vous ? Disons que c'est un rassemblement d'écoles d'ingénieurs sur Grenoble.

Et les voici, les voilà qu'on les voit partout. Ils étaient même à l'amphi Weil, dont la fonction première devrait être de faire des putains d'assemblées générales sur le campus. On est dans une période pré-révolutionnaire, et pourtant il n'y a eu aucune AG depuis la rentrée. Le monde à l'envers.
On les voit partout. Les voici les voilà qui vont au Pal, qui vont dans le Cantal, qui vont en camping à Montpellier, et qui multiplient les "WEI" (Week-Ends d'Intégration).

L'autre fois, je suis passé à la maison de Grenoble INP. Tant de saucisses ! Tant de bière ! Je ne voyais même pas comment il pourrait y avoir assez de monde pour engloutir tout ça en une soirée. Apparemment, la question des restes semble avoir été négligée dans l'organisation de la soirée.

En regardant un peu autour de moi, je finis par tomber devant une porte fermée, probablement un local de la maison de Grenoble INP. J'y vois une publicité d'Ingénieurs Sans Frontières, avec en dessous, une vignette de bande dessinée.



Sur la vignette de bande dessinée, on voyait un mur avec quatre qraphiques :

-Biodiversité : en baisse.
-Diversité des langues : en baisse.
-Pollution : en hausse.
-Taux de profit : en hausse.

On voit un jeune homme avec des lunettes qui, à l'aide d'une baguette, pointe le quatrième tableau en disant quelque chose du genre : "Et on nous dit que le monde se dégrade !".

In hin.

Je prends alors un stylo et j'écris en dessous : "C'ÉTAIT CENSÉ ÊTRE UNE BLAGUE ?". Ou quelque chose d'approchant.

C'est alors qu'un jeune homme vient vers moi et me dit que je n'avais pas le droit d'être ici. Ah bon ? Ici, c'était réservé aux responsables du Grand Cercle de Grenoble INP, les boss quoi. Je sors gentiment de la pièce, sans rien dire. De toute façon, je savais que je pourrais le dire sur mon blog. Ca mérite même un article à part.

Sur le numéro de Grenews du 22 au 28 Septembre 2010, on peut voir à la une "Grenoble en mode intégration". Ils ont l'air sacrément agités...

Dans l'article consacré à ce phénomène, je relève une citation de Brieuc, de l'ENSE 3 (prononcer "ainessécube", mais d'autres versions existent) :

"Il y a ce mythe sur les écoles d'ingénieurs qui font des bizutages crades, mais les mentalités changent. Personne n'est obligé de participer aux activités."

Je me rappelle avoir entendu une chose très intéressante sur le cursus classe prépa->école d'ingénieurs->ingénieur : en fait, tout ça ce serait pas fait au hasard.

Les classes prépa forcent les élèves à travailler dur, la violence est récurrente.
Dans les écoles d'ingénieurs, après les concours, il est quasiment impossible de manquer son diplôme. C'est alors que les élèves sont pris dans une multitude d'activités distrayantes, comme le théâtre, le dessin, le sport... Les loisirs s'accumulent, l'implication politique est faible, tout ceci dans un milieu le plus souvent fermé. On leur sert des cours d'économie, une "science" de droite, de droit. Après ça, on les embauche.

Tout ceci dans le but de former de bons petits bras droits scientifiques des patrons dans le système capitaliste. Car aujourd'hui, les ingénieurs, c'est ça : ce ne sont pas simplement des gens qui font le lien entre la théorie et ses applications, mais des gens dont on attend qu'ils augmentent les profits de l'"entreprise", ou plutôt, du patron d'entreprise. Et c'est là que ça dérape.

Car des méthodes de production sales peuvent être préférées à des méthodes de production propre.
Car la pauvreté du travailleur fait la richesse du patron.
Car le gaspillage est légion, car la radinerie est légion, car l'aveuglement du profit autorise toutes les pires folies qu'on peut imaginer.

...

Parlons du budget.

Grenews dit :

"Trois semaines d'intégration à l'INP c'est : 32 membres du BDE (à l'IMAG), une vingtaine de soirées, un week-end d'intégration de trois jours et un budget tenu secret, mais qui, selon nos informations, compterait au moins quatre zéros par école. En plus des dons d'entreprise, les BDE de Grenoble INP sont majoritairement financés par l'institut lui-même."

Un budget tenu secret ? Si ils ont quelque chose à cacher, c'est pt'être qu'ils ont quelque chose à se reprocher.
Des dons d'entreprises ? Sans blague. A mon avis vu la débauche que c'est, ça doit se compter en millions d'euros ! Avec les transports, les places de camping, la bouffe, la boisson... Non sérieux, abusé.

Aujourd'hui, j'ai vu pas mal de gens prendre le tram et descendre d'un bus. Je demande à un gars ce qui se passe. "Rien", qu'il me répond. Tête de con.
Je demande à une autre personne ce qui se passe. Elle me dit que c'est le retour du week-end d'intégration, où ils étaient allés à Montpellier. Je lui parle alors du budget, et du fait qu'il était secret. Ca avait l'air de la gêner elle aussi...

Je marche pour rentrer chez moi. J'essaye de me figurer de façon précise la somme exacte qui a été dépensée lors de cette intégration. Des dons d'entreprise ? Certains de ces dons peuvent émaner de riches capitalistes. Des gens très riches. Très très riches.

Millions, milliards ? J'en sais rien. Une chose est sûre : ce truc est complètement démesuré. Un tel gaspillage... On aurait pu utiliser cet argent pour de meilleures choses...
Je pense alors, de façon de plus en plus précise, à la façon dont aurait pu être utilisé cet argent. Et là je réalise : je lâche mon livre, je lâche mon stylo, je pleure. Je m'effondre.

Pourquoi ? Pourquoi un tel gaspillage ? Pourquoi faut-il toujours que l'avarice de quelques uns fasse la misère des autres ?

Je ne sais pas ce qui m'arrive... C'était avec colère que j'ai eu envie d'écrire cet article. Et je me retrouve là, stoïque, sans émotion. La colère attendra. Je ne ferai qu'aider les vicieux dans leur chute. A moins qu'ils ne corrigent leurs erreurs, ce qui est le plus souhaitable.

Voici donc ce que j'avais à dire sur ce qu'il convient d'appeler un scandale. Cette intégration de Grenoble INP illustre parfaitement la différence entre la fête et la débauche.

Tout ce que je souhaite, c'est que tous ceux qui me lisent prennent pleinement conscience de ce que signifie le mot "gaspillage". La prochaine fois, nos amis les apprentis ingénieurs sauront se faire plaisir sans forcément toucher au porte-monnaie. Et qu'ils apprennent à gérer un budget...

"L'argent ne fait pas le bonheur.", nous dit-on. Nombre de plaisirs n'ont aucun prix : pourquoi s'en priver ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle
commenter cet article

commentaires

Ingé Grenoblois 29/10/2015 12:06

Pour avoir participé et organisé pas mal d'évènements de l'INP faut savoir que, en moyenne, ca coûte 130 € pour participer à un WEI. Le nombre de participant varie selon l'école (il y en a 6 dans Grenoble INP) varie de 100 à 300 en gros donc ça fait par exemple 26 000 € financé par les élèves eux mêmes ! De quoi faire un sacré Week end déjà sans l'aide de l'argent des méchants patrons ^^

Après concernant le gaspillage on est étudiant donc on crache pas sur la bouffe. Les saucisses pas utilisées sont distribuées à ceux qui ont organisé et qui nettoient la salle pour qu'ils le mangent chez eux, les boissons sont gardées pour le prochain évènement etc.. On est jamais bien large niveau budget le plus souvent, je sais que la formule "des millions des milliards" était ironique mais bon quand même un peu de sérieux ^^

Le budget de tels évènements n'est pas du tout un sujet tabou, très honnetement je pense que si les deux personnes que tu as interrogés n'ont pas répondu c'est qu'elles n'en savaient rien ! C'est la préoccupation du président de l'asso' et du trésorier quasi exclusivement. Les autres élèves s'en foutent pas mal et préfèrent profiter.

Après je sais que c'est le sujet sans fin de débats mais quoi que tu en penses les ingé ne sont pas "des gens dont on attend qu'ils augmentent les profits (...) du patron d'entreprise". On fait ce métier pour l'entreprise, pour les gens qui y travaille, on est pas juste avec les patrons on travaille à tous les niveaux de la société. C'est une vision très caricaturale et peu représentative de la réalité du métier d'ingénieur aujourd'hui en entreprise.

Très bon blog sinon, j'espère que mon com' aura été constructif =)
Salutations amicales !

Bête spatio-temporelle 01/11/2015 13:17

Merci pour l'information sur le prix d'un WEI.

C'est vrai que dans les fêtes, il y a souvent trop de nourriture trop de boissons... Pour éviter ça, lorsque c'est chacun qui contribue je me contente d'amener 1 truc à manger et 1 truc à boire.

Je suis content que ce blog te plaise. N'hésite pas à aimer la page L'étoile du marin sur facebook ;-) .

Bête spatio-temporelle 14/07/2013 19:09


Hé bien pour un gaspillage, ce ne fut pas un petit gaspillage !


 


Je souhaite que les ingénieurs se préoccupent plus du sort de l'humanité. Le recyclage est d'actualité !

temp 07/06/2013 08:57


Bonjour,


Pour info, membre d'un BDE d'une école de Grenoble INP, je vous informe que (grosso modo) un WEI coûte 100€/participant (dépense personnelle) + approximativement autant d'aides. Oui, on dépasse
les 4 zéros sur le budget total, facilement, mais car il y a beaucoup d'élèves.


C'est effectivement du gaspillage, mais comme toute fête. Elle a aussi un intérêt (ne pas ronchonner dans quelques années en se disant que, mince, on a pas "profité" de nos jeunes années).


Cordialement,


Anonyme.

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche