Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 00:53
Je vais ici vous parler d'un concept qui vous servira à maitriser les évocations : l'effet banane. Evoquer quelque chose, ça veut dire faire penser à quelque chose. Depuis longtemps, les poètes, réalisateurs de films, politiciens et littéraires utilisent ce phénomène.

Chose surprenante, ils l'utilisent mais ne le comprennent pas, ou mal. Leur savoir-faire fonctionne à l'instinct.

En lisant ce texte, non seulement vous serez capables d'utiliser l'effet banane dans la vie de tous les jours, mais de plus, vous en comprendrez assez bien le mécanisme.

I Le mécanisme
II Illustrations
III Conclusion

I Le mécanisme

1- Commençons avec un peu d'intuition...
2- Définition partiellement formalisée

1- Commençons avec un peu d'intuition...

Si je vous montre une banane, à quoi ça vous fait penser ?

banane.jpg

Nous sommes humains : la première chose à laquelle on pense, c'est un pénis.

Pourquoi ?

Il y a deux raisons :

-Un être humain pense facilement à un pénis.
-Une banane ressemble à un pénis.

Attachons nous à la deuxième, c'est ce dont quoi je vais parler.

Si on vous dit "T'as les cheveux tout en bataille, tu me fais penser à Harry Potter.", ça veut dire que la personne trouve que vous ressemblez à Harry Potter parce que vous avez les cheveux en bataille.

Mais si, le vrai Harry Potter, dans les livres, il a les cheveux en bataille...

D'où la phrase mnémotechnique1 suivante :

"Qui ressemble à fait penser à."

On va aller encore plus loin. Il faut bien avouer, les êtres humains ne pensent pas à une bite à chaque fois qu'il voient une banane. Mettons de côté les cas très spéciaux comme les autistes qui ne savent pas parler, les cas spéciaux mériteront des études spéciales, ici, on cherche à être le plus général possible !

Si je vous montre ça, à quoi est-ce que vous pensez ?

zoobanane
Une banane et un zoo... Là on pense plutôt à un singe !

Les singes aiment manger des bananes... On représente souvent les singes mangeant une banane... La façon la plus simple en Europe de voir un singe est d'aller dans un zoo...

La banane est associée au singe.
Le zoo est associé au singe.

A partir de là, on a une phrase mnémotechnique plus précise que la précédente :

"Qui est relié à fait penser à."

2- Définition partiellement formalisée

Avant de donner une définition formelle de ce qu'est l'effet banane, je dois introduire un autre concept : l'espace psychologique.

1) Définition intuitive de l'espace psychologique
2) Mécanisme de l'effet banane

1) Définition intuitive de l'espace psychologique

L'espace psychologique, ce n'est pas l'espace 3D habituel.

On peut bouger dans l'espace psychologique... On peut aller dans une zone, en partir, on peut rester plus ou moins longtemps dans une zone...

Par exemple, quand on se met à déprimer, on entre dans la zone déprime, si après on est content, on sort de la zone déprime et on entre dans la zone content.

Si on pense au chômage, on est dans la zone psychologique chômage. Si on y pense longtemps, on y reste longtemps...

Si on regarde Indiana Jones, on est dans la zone Indiana Jones. A côté, il y a Steven Spielberg, les deux zones sont reliées parce qu'on sait que c'est lui qui a fait le film.

Si on se met à parler comme un journaliste (qu'est-ce que c'est laid), on est dans la zone intonation d'un journaliste.

Si on se demande pour la première fois de sa vie "Et si la Bible avait été écrite par le Diable ?", on crée la zone associée à cette question et on entre dedans.

Je vais vous donner des exemples quasi-réels (des expériences !) où on aperçoit la mécanique de l'espace psychologique en action. J'ajoute une indication pour vous aider à saisir ce qui se passe.

"Putain, j'étais en train de parler avec ma responsable administrative, j'ai critiqué le fait qu'elle me demandait plein de formalités qui servaient à rien, et là elle s'est mise à parler avec la même voix que les pétasses de la maison qui rend fou dans Astérix !" : zone la maison qui rend fou dans Astérix

"Y a un moment, à Carrefour, j'étais trop déprimée je savais que j'allais pas bien et puis là y a une femme qui m'a regardée, elle m'a souri, je sais pas pourquoi mais ça m'a remonté le moral !" : zone Je vais bien

"J'étais en train de lire l'article sur les Etats-Unis dans le dictionnaire, y avait une carte, et puis là je me suis souvenu que j'avais envie de voyager aux Etats-Unis. Je me suis redit que j'aurai jamais le temps de tout visiter, et en regardant la carte, je me suis posé la question : D'abord l'ouest ou d'abord l'est ? Je ne me l'étais jamais posée avant. Finalement j'étais plus attiré par l'ouest." : zone pas le temps de tout visiter, zone d'abord l'ouest ou d'abord l'est ?

"A la télé, j'ai vu un reportage où ça parlait des caméras de surveillance en France. Ils disaient qu'Annecy c'était une des villes où y en avait le plus. Ca faisait des années que j'habitais à Annecy, après avoir vu le documentaire j'ai remarqué qu'il y avait plein plein de caméras ! Avant, je faisais pas attention." : zone caméras de surveillance

Je rappelle que ce ne sont que des indications. 

L'espace psychologique n'est pas un concept évident, il faut bien s'en imprégner pour l'assimiler.
Pensez-y, essayez de voir des zones de l'espace psychologique dans la vie courante : quand vous faites les courses, quand vous parlez avec des gens de la famille...

2) Mécanisme de l'effet banane

Maintenant que vous avez une idée de ce qu'est l'espace psychologique et de ce qui peut en être une zone, on va pouvoir passer à un peu plus de détail.

Juste une chose : n'oubliez pas que le travail que je livre ici n'est qu'une ébauche. Une véritable théorie de la pensée humaine serait bien évidemment plus développée.

Que cela ne vous prive pas pour autant de lire la suite, si je publie cet article, c'est bien pour vous faire profiter de quelque chose d'intéressant.

Les zones de l'espace psychologique sont connectées entre elles.

reseau_espace_psy.png

C'est un réseau. Un peu comme les pièces d'un château qui seraient reliées entre elles par des portes.

Retenez bien cette analogie avec les pièces d'un château reliées avec des portes, c'est ce qui va nous servir dans la suite.

Je mets un petit peu de mathématiques, mais en fait ce sera surtout du langage courant.

Soit n un entier naturel (comme 0, 1, 2, 3, etc).
Soit {S1, S2, ..., Sn} l'ensemble des zones de l'espace psychologique dans lesquelles on est.

Ben oui, si on regarde Indiana Jones et qu'en même temps, on est content, on est à la fois dans la zone Indiana Jones et content, c'est pas du incompatible.

Notons S' la zone de l'espace psychologique qui possède le plus de connexions avec les Si (i peut être 1, ou 2, ..., ou n)

L'effet banane va amener la personne dans S'.

Exemple : le cas de la banane et du zoo.

Ici, n=2, on va dire que S1=banane et que S2=zoo.

S', c'est le singe.

banane_singe_zoo.png

banane et zoo vont évoquer singe.

Exemple plus complexe : tiges et anneaux dans une boite de nuit.

Cet exemple est plus complexe, mais pas particulièrement dur à comprendre, surtout si vous connaissez les boites de nuit.

Je dois ici donner un prérequis : les boites de nuit sont des endroits où on va pour baiser.

Dans les boites de nuit, il arrive que l'on voit de multiples hommes porter des tiges lumineuses, et de multiples femmes porter des anneaux lumineux.

tiges_anneaux_discotheque.2.jpg

Premier effet banane : homme et tige donnent bite.
homme_tige_bite.png

Deuxième effet banane : femme et anneau donnent vagin.
femme_anneau_vagin.png

Effet banane final : bite et vagin et contexte de baise donnent baiser !2
bite_vagin_baiser.png

Oui, c'est fait exprès !

Je crois que j'ai bien fait de choisir le thème du sexe, les idées rentrent toujours plus facilement avec ça.

II Illustrations

L'effet banane est souvent utilisé, et j'espère que les illustrations suivantes pourront vous en convaincre. Vous aurez ainsi un aperçu de l'ensemble très vaste de ce qui s'en fait en pratique.

1- Le roman Neverwhere
2- La chanson Misty Mountains Cold
3- Ciel et rêve
4- Prendre rendez-vous chez le dentiste

1- Le roman Neverwhere

Neil Gaiman est un maitre dans l'art des évocations. Son roman de fantasy urbaine Neverwhere en abonde.

Je vous donne ici un passage où il use de façon subtile du message par évocation.

Situons un minimum :

-Le roman se passe dans la Londres d'en Bas, un univers extrêmement imaginaire dans lequel on survit. Les gens qui y vivent n'utilisent pas l'argent comme nous on fait, mais le troc : en échange d'un objet ou d'un service, la règle veut que l'on offre un objet ou service de valeur équivalente. L'information a un prix. Quand on ne peut pas payer tout de suite, et bien, on a une dette envers la personne : c'est un système de valeur marchande.
-L'un des deux personnages des extraits qui vont suivre s'appelle le marquis de Carabas. C'est un homme posé et intelligent, disposé à servir autrui.
-Le second, Lear, est un homme qui joue du saxophone dans un couloir de métro.
-Le personnage principal du roman, Richard Mayhew, ne joue pas ici un rôle important.

Extrait :

Richard comprit avec surprise que l'homme les voyait - et également qu'il faisait de son mieux pour s'en cacher. Le marquis s'arrêta devant lui. La complainte du saxophone s'étrangla sur un couinement nerveux. Le marquis fit fulgurer un sourire glacé.
"C'est bien Lear, je ne me trompe pas ?"
L'homme hocha la tête, prudemment. Ses doigts caressaient les touches de son saxophone.
"Nous cherchons la cour du Comte, poursuivit le marquis. Auriez-vous une table des horaires sur vous, par hasard ?"
Richard commençait à comprendre. Il supposa qu'en parlant de la cour du Comte, le marquis ne faisait pas référence à Earl's Court, la station de métro familière où Richard avait attendu un nombre incalculable de fois en lisant le journal ou juste en rêvassant. Le dénommé Lear s'humecta les lèvres du bout de la langue.
"C'est pas impossible. Supposons que j'en aie une... Qu'est-ce que ça me rapporterait ?"
Le marquis enfonça profondément les mains dans les poches de son manteau. Puis il sourit, comme un chat auquel on vient de confier les clefs d'un refuge pour canaris délinquants mais dodus.
"On raconte", déclara-t-il sur un ton négligent, comme s'il passait juste le temps, "que Blaise, le maître de Merlin, écrivit jadis un air si ensorceleur qu'il faisait sortir de l'argent des poches de celui qui l'entendait."
Les yeux de Lear se rétrécirent. "Ca vaudrait beaucoup plus qu'un plus simple horaire, dit-il. En admettant que vous le possédiez."
Le marquis imita à la perfection quelqu'un qui prenait conscience que Sapristi, mais c'est pourtant vrai! "Hé bien, continua-t-il en grand seigneur, je suppose qu'en ce cas, tu me devrais une faveur, non ?"
Lear hocha la tête, à contrecoeur. Il fouilla dans sa poche revolver, en tira un bout de papier maintes fois plié et le brandit. Le marquis tendit la main. Lear écarta la sienne.
"Fais-moi d'abord entendre l'air, vieux filou. Et il a intérêt à être efficace."
Le marquis leva un sourcil. Une de ses mains fila dans une poche intérieure de son manteau. Lorsqu'il la retira, elle tenait un fifre et une petite boule de cristal. Il considéra la petite boule de cristal, émit ce petit "Hum!" qui signifie : Ah! Voilà donc où elle était passée, et la rangea à nouveau. Puis il plia les doigts, porta le fifre à ses lèvres, et se mit à exécuter une curieuse mélodie endiablée qui bondissait, se tortillait et chantait. Richard eut de nouveau l'impression d'avoir treize ans et d'écouter à l'école le vieux transistor de son meilleur copain, pendant la pause-repas, pour entendre le Top 20, à l'époque où la pop musique avait eu cette importance qu'elle peut avoir à l'adolescence : l'air du marquis contenait tout ce qu'il avait toujours voulu entendre dans une chanson...
Une poignée de pièces tinta sur le manteau de Lear, jetée par des passants qui poursuivirent leur route, le sourire aux lèvres, le pas plus élastique. Le marquis abaissa le fifre.
"J'ai donc une dette envers toi, vieille crapule", annonça Lear avec un hochement de tête.
"Oui. En effet." Le marquis pris le papier - la table des horaires - que lui tendait Lear et le parcourut des yeux, avant de hocher la tête. "Mais un bon conseil. N'en abuse pas. Un peu suffit à beaucoup d'usage."

Une vingtaine de pages plus loin, Lear se fait écorcher, piétiner, harceler par une petite foule de gens qui se bousculent pour lui donner pièces et billets.

Dans cet extrait, il y a plusieurs messages cachés :

-Les gens qui ne connaissent pas la valeur des choses sont amenés à vouloir de l'argent plus qu'il n'y en a besoin.

Mécanisme : (connait pas la valeur de l'horaire dans ce monde-là) et (utilise trop la mélodie à revenu) et (se fait piétiner par les gens) donnent (les gens qui ne connaissent pas la valeur des choses sont amenés à vouloir de l'argent plus qu'il n'y en a besoin)

Si on ajoute la suite de la scène :

-On peut avoir trop d'argent.

Mécanisme : (un peu suffit pour les besoins) et (les gens le piétinent pour lui donner de l'argent) donnent (on peut avoir trop d'argent.)

Je m'arrêterai sur ces deux exemples.

2- La chanson Misty Moutains Cold

Dans la chanson Misty Moutains Cold du film Le Hobbit Un voyage inattendu3, l'effet banane est utilisé de façon à avoir la chanson en boucle... ce qui n'est pas déplaisant :-) .

Je vous donne le lien Youtube :


Ecoutez la chanson en entier.

A 1:25, vous entendez le petit bruit aigu ?

Et ben à 2:51, on a le même, mais qui se poursuit et change un peu.

Si les romanciers ont tendance à garder le meilleur pour la fin, c'est pour une bonne raison : On se souvient plus de ce qu'il y a à la fin.

A 2:51, y a ce son aigu, et on est à la fin... On s'en souvient... Puis comme il ressemble au petit bruit aigu à 1:25, on se rappelle de ce qu'il y a à 1:25, et les mmhmmm suivent avec le chant, ça finit sur le son de 2:51, qui va ramener au bruit à 1:25, et les mmhmm suivent avec le chant... Faut bien un truc pour que ça s'arrête.

3- Ciel et rêve

Quand le ciel est bleuté et qu'on rêvasse, on le contemple. Le ciel bleu est relié au rêve... Si vous voulez faire rêver quelqu'un, vous pouvez essayer ça :

Clouds.jpg

:-)

4- Prendre rendez-vous chez le dentiste

Imaginez que vous êtes fatigué, c'est 23h, le lendemain vous devez téléphoner pour prendre rendez-vous chez le dentiste. Pour y penser, on peut utiliser la méthode originale suivante :

pense_bete.JPG

Téléphone, euh, brosse à dents, ah oui c'est vrai, il faut que j'appelle le dentiste !

III Conclusion

Je n'ai pas ici parlé des évocations sadiques, ce sujet mérite un article à part entière.

Si vous construisez votre propre expérience, vous vous rendrez compte que l'effet banane, et ben putain c'est vachement pratique, y compris dans la vie de tous les jours.

Ce que j'aimerais que vous compreniez, c'est que l'effet banane est un concept nouveau et d'une grande importance. Si vous le trouvez utile, alors parlez-en à des gens de votre entourage afin qu'ils puissent l'utiliser à leur tour. Ce n'est pas par magie que le savoir va se répandre.

Si je vous montre ça :

flan.JPG

et que vous pensez à la même personne que moi, vous saurez expliquer pourquoi !

Notes :

1 :  Un moyen mnémotechnique, c'est un petit truc, une astuce pour se souvenir de quelque chose. Par exemple en grammaire, on dit "Mais où est donc Ornicar ?" pour se souvenir des conjonctions de coordination en français.
2 : Bien évidemment, j'ai fait des approximations. Une lesbienne ne s'imaginera pas baiser elle-même de cette façon-là, ou alors elle y pensera très vite fait et fera demi-tour aussi tôt.
3 : Le Hobbit Un voyage inattendu est un film réalisé par Peter Jackson où l'action se passe dans le même univers que Le Seigneur des Anneaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Esquisse de psychologie fondamentale
commenter cet article

commentaires

asn83 23/02/2015 14:04


Bonjour,


Je viens de lire ton article, et même avec les exemples, j'avoue que je ne comprend pas très bien ce qu'on entend finalement par "effet banane". Comme ça j'aurais envie de traduire par
'association d'idée", ce qui n'a rien de novateur, donc j'imagine que ça doit aller plus loin que ça. Par ailleurs j'ai cherché d'autres exemples sur le sujet sur Internet, sans succès. Est ce
que cela peut porter d'autres nom, notemment en anglais ?


Merci

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche