Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 15:11

Finalement, je me suis dit que l'avantage d'un blog, c'est quand même qu'on peut y raconter sa vie. Je mets donc les articles de fond de côté pour aborder un sujet qui peut s'avérer intéressant : mon expérience Pokémon Platine.

Avril 2010 : alors que je sèche les cours comme jamais, j'ai perdu mes repères temporels et perds mon temps de façon formidable dans une ambiance globalement malheureuse.
Ras-le-bol. Marre de me faire du souci, il faut que je trouve un truc tout con et distrayant. Un jeu-vidéo par exemple ?

Ne souhaitant pas jouer les vieux dinosaures à émuler un vieux classique qui pourrait me plaire, j'essaye de me tourner vers la nouveauté : j'avais jamais joué à la 4ème génération de Pokémon. Et si je m'achetais Pokémon Platine ?

Juste comme ça, pour me détendre, quand les choses vont mal. Et puis je pourrais toujours rendre des services à des copains qui y jouent, genre monter un de ses Pokémon au niveau 100, faire des mini-jeux, des échanges de données, des colisées sans prétention, juste comme ça, pour le fun.
Et je me suis dit : "Surtout, évite de tomber dans l'engrenage stratégique.". Car pour ceux qui ne le savent pas encore, il y a une immense profondeur stratégique dans les combats de Pokémon RPG.

Je lance donc ma Nintendo DS avec la petite cartouche. Au début, l'ambiance bon-enfant m'a fait un choc : "J'avais vraiment oublié que c'était gamin à ce point là...".
Et puis je me laisse emporter, un vent d'aventure soufflant sur mon coeur : j'avais tout un monde à découvrir, tout un voyage à faire, plein de gens et de Pokémon à rencontrer ! Je cédai alors à l'appel de l'inconnu en poursuivant ma quête.
Quel Pokémon choisir ? Avec Tiplouf, j'aurais un pingouin en acier. Bof, pas terrible. Avec Ouisticram, j'aurais un singe combattant de feu orienté vers l'attaque. Mouais, moi je préfère Brasegali. Avec Tortipouss, j'aurais une grosse tortue avec un gros bonsaï et des piques sur le dos. Ne connaissant guère les détails et ne souhaitant pas me prendre le chou, je choisis Tortipouss.
C'était un mâle.
Je le fais alors combattre pour le monter niveau 10. C'est là que je me rends compte que la musique des Pokémon sauvages était la même que dans les versions Rubis et Saphir.

Tout attiré par ce joujou qui m'écartait bien loin des tracas quotidiens, je poursuis mon aventure. Tortipouss évolue, je pêche un Magicarpe, il évolue en Léviator, qui fera un très bon compagnon pour compenser les faiblesses de mon Pokémon plante : lui au moins il résiste au feu, et en plus il a des attaques eau stabbées, ce qui peut permettre d'éliminer les Pokémon feu autrement qu'en exposant mon starter à des attaques feu stabbées.
Mais qu'est-ce que le stab me direz-vous ? Et ben, quand un Pokémon utilise une attaque offensive de son type, sa puissance est multipliée par 1,5.
Par exemple, quand Pikachu utilise une attaque Fatal-foudre, elle prend une force de base de 180 au lieu de 120.
Et ça marche aussi avec les doubles types : Dracaufeu, de type Feu/Vol, voit la puissance de base de Lance-flamme passer de 95 à presque 150.
Voilà pour le stab. Seulement voilà, je me rends compte que si je veux capturer des Pokémon sauvages, en particulier les légendaires, il me faudra un Pokémon rapide capable de paralyser. Pourquoi pas Roserade, l'évolution de Roselia, qui a su faire ses preuves dans les colisées de la 3ème génération ?
Voilà, je monte mon petit Roserade, je me retrouve avec un trio Torterra, de type Plante/Sol, Léviator, de type Eau/Vol, et Roserade, de type Plante/Poison.

Seulement voilà... Je me rends compte que ce trio de Pokémon bien entraînés a du mal à gérer certaine situations... C'est alors qu'un petit souvenir me revient en tête : je discutais avec un joueur de Pokémon expérimenté sur combien il faut entraîner de Pokémon dans son équipe pour l'aventure. On était tous d'accord sur le fait qu'entraîner un seul Pokémon, même si ça lui fait un gros niveau, c'était une connerie. Moi je penchais pour 2 ou 3. Et puis il me dit : "Tous ça marche aussi.".
Quoi ? Entraîner les 6 Pokémon de l'équipe en même temps ? Mais l'expérience sera trop partagée, ils vont être beaucoup trop faibles !

Ben...

C'est pas comme ça qu'il faut voir les choses. Entraîner 6 Pokémon à la fois permet d'avoir une diversité de talents qui permet de faire face à toutes les éventualités. Qu'importe le fait que mon Pokémon soit niveau 35 et l'adversaire niveau 42, si j'ai une attaque super efficace qui peut le mettre KO en un coup, j'ai toutes les chances de gagner le combat. Non ?

Etant mal parti pour monter une équipe équilibrée, je continue sur ma lancée.

Les dialogues sont toujours d'une grande pauvreté. Les voix n'ont toujours pas fait leur apparition.
Je constate néanmoins un retour des notions d'amour et d'amitié qui étaient si chères à la première génération, le professeur Chen expliquant à Régis que si il a perdu, c'est parce qu'il recherchait uniquement la performance alors que Sacha entraînait ses Pokémon avec amour.
Il y a aussi des bribes de mythologie Pokémon, un peu comme dans la version Crystal avec Ho-oh, Lugia, Suicune et ses comparses. Malheureusement, les créateurs n'ont toujours pas réussi à créer un background qui nous immerge dans le monde des Pokémon, point sur lequel le dessin-animé est supérieur au jeu-vidéo.
Ici, les méchants c'est la Team Galaxie, des bonhommes ridicules habillés en cosmonautes qui croient sauver le monde en capturant des Pokémon...
M'enfin, ça c'est pour les sbires, pour les chefs c'est une autre histoire.
Petit à petit, je me rends compte que les graphismes, en 2D, ne se sont pas vraiment améliorés depuis Rubis et Saphir, les attaques sont même moins jolies à regarder...
Quant aux musiques, la plupart sont entêtantes et répétitives à en devenir complètement abruti, certaines passent mieux que d'autres, quelques unes sont même plutôt bien.

J'avance donc dans ma partie en combattant tous les dresseurs qui me passent sous le nez, en fouillant dans tous les recoins pour trouver des petits secrets... Je me suis bien amusé à creuser dans le souterrain à recherche de fossiles, de pierres d'évolution, et de toute chose intéressante qui me pourrait me tomber dessus.

Mais voilà, je me suis finalement trouvé à passer des journées entières à y jouer. Vachement dur de décrocher.

Je bats la Ligue, je m'occupe des quêtes annexes en butant un peu pour obtenir Givrali et Motisma. Pour ce dernier, j'aurais du me que rappeler les Pokémon n'aiment pas le Max-repousse...
Passé véritablement en mode Pokémon, je vais sur le site Pokébip et je regarde des vidéos de colisée sur Youtube. Y en a qui ont du goût...
Ca y est, c'est trop tard. Je suis véritablement tombé dans l'engrenage stratégique et imagine mon équipe de Pokémon de colisée niveau 100.

La voici :

Airmure@Restes

Picots
Bec vrille
Cyclone
Atterrissage

Tyranocif@Baie Prine

Danse draco
Poing feu
Mâchouille
Repos

Archéodong@Lumargile

Mur lumière
Protection
Onde folie
Distorsion

Vacilys@Restes

Danse lames
Canon graine
Soin
Onde folie

Caratroc@Restes

Toxik
Repos
Sabotage
Encore

Carchacrok@Baie Nanone

Danse lames
Colère
Séisme
Crocs feu

Globalement, le but est de tenir le coup, et d'écraser, d'écrabouiller, d'humilier son adversaire sur le long terme. La tempête de sable y est pour quelque chose...

Bien évidemment ce n'est pas un modèle rigide, il faut savoir adapter certaines choses selon l'adversaire qu'on a en face de soi... Et puis ce n'est qu'une équipe théorique que je n'ai jamais testée pour de vrai, mais sur le papier, elle est quand même très convaincante.

Voilà donc que j'arrive aux quêtes annexes de Platine avec l'île au Nord-est. C'est à peu près le seul endroit où les graphistes ont fait un effort pour les environnements. Comparé à Rubis Saphir, je trouvais que ça sentait le bâclé...

Je capture tout un tas de Pokémon "légendaires" comme on mange des petits pains. La capture de Pokémon est devenue d'une facilité affligeante, certains Pokémon comme Crehelf se laissant capturer dès la première ball...
Le seul qui méritait son titre de Pokémon légendaire, c'était Giratina. Lui il m'a donné du fil à retordre. J'ai du entraîner un Raichu de B à Z pour récupérer une attaque de paralysie vu que Roserade avait oublié Para-spore...
Ca m'a pris en gros une journée pour le capturer, environ 10 tentatives. Un Pokémon légendaire, quoi.

Mais par contre les autres... Aucun challenge, même Absol dans la version Saphir, qui n'est pas censé être légendaire lui, se montrait plus réticent à se faire capturer...

Au bout de 70 heures de jeu, j'ai épuisé toutes les quêtes qui s'offraient à moi. Sentant qu'aller plus loin me prendrait un temps fou pour finalement pas grand chose, je décide de me débarasser au plus vite de ma version Platine.
Jour férié, l'ENSIMAG fermée, je cours alors manger au RU, où je mange avec une étudiante qui emporte la cartouche pour la donner à une personne que ça pourrait intéresser.

Bon débarras. Avec le recul, je me rends compte que j'aurai plus tiré d'expérience que je ne m'y attendais avec cette histoire.

C'est la première fois que je raconte ma vie sur ce blog (enfin non, la deuxième...), et il est vrai qu'un étalage d'égocentrisme n'est pas très édifiant. M'enfin, comme c'est les vacances et que j'avais envie de changer d'air, je me suis dit qu'on pouvait mettre les articles de fond de côté et se la jouer en mode cool. Yeah.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Jeux-vidéo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche