Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 15:00

On a tendance à penser que les littéraires sont les mieux placés pour comprendre la politique. Et à opposer, à tort, littéraires et scientifiques. Je clame ici que la pensée scientifique est la plus à même de comprendre la politique, et je vais vous expliquer pourquoi.


Ce message est bien plus important qu’il n’y paraît, car il s’agit d’agir pour la vérité dans un domaine où on nous dit tout et son contraire. Une fois encore, n’hésitez pas à faire circuler ce message autour de vous, ça en vaut la chandelle.

Pensée scientifique ?

 La pensée scientifique recouvre des domaines plus nombreux que les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie. Je vais ici lister les différentes règles du raisonnement scientifique qui me viennent à l’esprit.

 +Se baser sur l’observation, l’expérience.
 +Admettre qu’on a tort quand on l’a manifestement. « Manifestement », c’est avec l’expérience.
+ Ne généraliser que quand on a eu affaire à de nombreux cas, et quand ces cas confirment cette affirmation.
+Ne pas avoir de préjugés.
+Se soumettre à l’expérience puis la théorie puis l’autorité par ordre de préférence.
+Ne pas être dogmatique. Accepter la discussion voire le débat, et y participer rationnellement.
+Toujours avoir un doute, mais un doute constructif, pas dépressif. Savoir remettre les choses en question.

Ben je peux déjà vous assurer que faire tout ça à la perfection relève de l’exploit. S’en approcher, c’est déjà très bien.

Malheureusement, beaucoup d’étudiants en science et de scientifiques ne pratiquent pas le raisonnement scientifique, et ils doivent s’en sortir par mimétisme de ceux qui le pratiquent, et encore, ça peut pas voler bien haut…

Mais à quoi ça sert le raisonnement scientifique ? A faire de la science ! Mais qu’est-ce que c’est, la science ?


 Le petit dessin ci-dessus, « Triangle de la science » met pas mal les choses au clair, mais je vais le commenter ici. On part de l’expérience, ce que l’on perçoit de la réalité, on cherche à élaborer des vérités générales dessus, et lorsqu’on en a trouvées, on s’en sert pour prédire ce qui va se passer dans une situation donnée. J’ai mis la théorie en haut, mais les gens qui, dans leur vie, théorisent beaucoup sans rien appliquer, ceux là sont les adeptes de la masturbation intellectuelle les plus vivaces. Ce sont un peu les mauvais intellos.

Bon, revenons au dessin. Ben la science c’est ça. Seulement du concret à qui l’on peut faire subir ce travail scientifique –théorisation et application-, on en trouve quasiment partout : dans le sport avec des mouvements plus efficaces de manière générale, dans la guerre avec des tactiques et stratégies qui entraîne des résultats différents et propres à chaque modèle de situation, dans la psychologie avec ce que les humains ont de commun, avec les actions que fait généralement une personne qui forment sa personnalité…

 En fait, on fait plein de petits raisonnements scientifiques « tout le temps » : à force de fréquenter quelqu’un, on connaît mieux son fonctionnement général et module ses actions préméditées en fonction de cette personnalité, on tape sur les touches de son portable en sachant d’expérience comment elles marchent, on utilise du savon pour se laver parce qu’on sait que c’est plus efficace pour enlever la crasse et les microbes, on recommence la même recette de cuisine parce qu’on sait qu’elle sera aussi bonne que celle de la fois précédente… Evidemment, on est tous mus par une grande part de mimétisme et c’est ça qui tue la science. Heureusement, une partie de ce que l’on imite stupidement a déjà été expérimentée par d ‘autres : on ne va pas se mettre devant une voiture à 60km/h car notre confiance nous suffit, et je pense bien que ceux qui ont testé ont dû avoir très mal…

Et la politique ?


La politique aussi suit des règles ! La pensée scientifique nous permet ici de mieux comprendre comment ça se passe donc d’agir de manière plus puissante dans ce domaine. Un certain nombre de règles générales que j’ai identifiées :

-Les politiciens mentent pour cacher la vérité.
 -On est tous un peu suivistes.
-Ceux qui ne réfléchissent pas assez se comportent tels des girouettes.
-Le parti-pris est fréquent et revient dans tous les partis. -Les gens qui n’ont pas de parti-pris et qui ont des idées en politique se retrouvent un peu partout.
-On a trop facilement tendance à défendre les seuls intérêts de la classe à laquelle on appartient, et aussi de sa propre personne.

Soyez scientifiques, ne les prenez pas comme la vérité absolue ! Ayez un doute là-dessus et comparez mes dires avec ce que vous voyez. Je ne parlerai pas de la lutte des classes ni de la nature psychologique de l’homme, c’est trop éloigné de mon sujet même si ça se rattache fortement à la politique.

Le parti-pris. Qu’est-ce que c’est au juste ?


C’est le fait d’adhérer à un groupe – parti entre autres - et de suivre la totalité ou presque de la ligne directrice de ce groupe sans réfléchir. Ca aboutit sur des ensembles de pensées formant des blocs. Cette mentalité où l’on renonce à la pensée personnelle empêche de faire le tri entre les idées et coupe la réflexion : elle nous jette dans un troupeau de moutons qui peut très bien tomber d’une falaise, car on sait d’expérience qu’aucun groupe n’a complètement raison.

La mentalité scientifique alternative à cet écueil s’appelle l’éclectisme. Ce n’est pas l’éclectisme au sens où l’on s’intéresse un peu à tout, mais l’éclectisme au sens où l’on pioche le meilleur un peu partout pour se construire sa pensée.


Voici ci dessus un petit schéma ensembliste. J’ai inventé le mot « recoupé » car il le fallait bien, étant donné que beaucoup d’ensembles de la vie courante sont ainsi. Imprégnez vous de ce schéma, rappelez vous celui des ensembles recoupés et vous éviterez de tomber dans des erreurs telles que l’amalgame. Par exemple, les ensembles « Arabes en France » et « Bandits en France» sont recoupés : le raciste de base croirait que le premier est inclus dans le second, voire que le premier et le second sont égaux.

La pensée scientifique comprend l’esprit critique, cet esprit dont se vantent les littéraires en affirmant par exemple qu’ils savent « lire entre les lignes », deviner les choses cachées dans les textes et les dires. En fait, les littéraires font souvent de la science mais ils ne s’en rendent pas compte. Les plus grands scientifiques classés dans le paquet « littéraire » sont à mon avis les historiens, car ce sont ceux qui connaissent le plus des diverses expériences sociales et politiques de l’humanité. Ce sont eux qui sont les plus à même de comprendre les mécanismes de la société et de les appliquer pour contrôler cette société : un vrai historien est aussi et surtout socionome.

La science suffit-elle ?

Non ! Connaître le fonctionnement du monde donne du pouvoir sur ce monde, mais le pouvoir, c’est ce qu’on en fait. La pensée scientifique agrandit, mais ce peut être en bien comme en mal.

Il faut avoir des impératifs moraux. Même si l’on rejette cette idée de morale, le tout est de se trouver dedans dans des concepts moins généraux comme la justice et la solidarité. Le bien et le mal, les vrais, pas ceux que l’on nous présente comme étant tels, sont difficiles à définir quand on ne sait pas. La démarche à suivre pour les trouver est en partie scientifique, mais le grand pas à faire dans cette recherche philosophique, c’est du feeling. Plus on a d’empathie, plus on trouve facilement. Indice pour la recherche : ce qui est bien, c’est ce qu’il faut.

Ne croyez pas tout ce qu’on vous dit en politique ! Intéressez vous-y, car la politique s’occupe de vous même sans votre avis. Adoptez une pensée personnelle, soyez scientifiques ! On ne le dira jamais assez.

Le prix à gagner : la vérité…et le contrôle sur le monde.



Voir aussi : "Un peu de logique", catégorie Sciences

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 17/07/2012 23:14


Blog(fermaton.over-blog.com),No-19. - THÉORÈME SPINOZA. - Einstein et le déterminisme absolu.

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche