Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 15:08
L'hygiène est une notion récente. J'aimerais dire ici qu'elle a une certaine valeur, mais que quand même, faut pas déconner.

I Pourquoi l'hygiène ?
II Quand l'hygiène oublie sa raison d'être
III Intermède : l'histoire de Maladie, clochard pourri
IV Des cas plus limites


I Pourquoi l'hygiène ?

Il est admis qu'à la fin du XIXème siècle, Louis Pasteur fait une découverte historique : il découvre que de minuscules organismes vivants sont la cause de certaines maladies, chaque maladie étant associé à un type d'organisme microscopique. Il a découvert les microbes.

Les microbes : en fait, ils sont partout. Dans l'air, dans la nourriture, dans nos corps... Lorsqu'une main pleine de microbes touche un couteau, des microbes de la main se déposent sur le couteau ; en fait, les microbes ne se déplacent pas si facilement. Ils peuvent s'échanger d'une personne à l'autre par contact.

Pour se débarrasser de ses microbes, il existe une très vieille méthode : passer son corps sous l'eau de façon à emporter les microbes avec le flux aqueux. Avec la découverte des microbes comme cause des maladies, cette méthode est devenue vachement plus à la mode !

L'hygiène, c'est cela : se laver pour se débarrasser des microbes, le but étant d'éviter les maladies.

II Quand l'hygiène oublie sa raison d'être

Mais voilà, certaines personnes en viennent à invoquer l'hygiène à mauvais escient.

Des exemples ?

Je pense en premier lieu aux "normes d'hygiène" mises en place dans les restaurants universitaires, qui consistent en une pure folie : jeter toute la nourriture qui n'a pas été consommée.

-_-

C'est pas comme si on avait des frigos pour éviter que ça pourrisse et devienne source de maladie, et puis non, le rab, non, ça n'existe pas.
Ça, c'est pas de l'hygiène ; c'est juste de la connerie.

Un autre exemple. J'avais vécu dans une cité U et essayé d'aménager ma chambre. J'ai acheté une lunette de WC et je l'ai peinte en bleu. OK, la peinture était plutôt ratée. Mais quel fut mon dégout quand j'ai appris que "pour des raisons d'hygiène", les personnes de l'entretien retirent toutes les lunettes de WC que les gens ont mises.
Non mais depuis quand les lunettes de WC rendent malade ?

Un autre exemple, encore : à la piscine universitaire de Grenoble, on vient nous dire qu'il est interdit de manger dans les couloirs pour des raisons d'hygiène.

(°_O?

Et puis après, on va nous dire que les clochards sont de la pollution visuelle et qu'il faut virer les Arabes pour purifier la France ? Après tout, nous sommes bien dans lemême registre : les règles chiantes qui ne savent pas se justifier avec de bons arguments.

III Intermède : l'histoire de Maladie, clochard pourri

À 19 ans, je rencontre un jeune clochard à la fac de lettres de Clermont-Ferrand. C'est dans le local dans l'UNEF. Peu après sa venue, tous les autres, sauf lui et moi, ont quitté le local. Il me montre une petite phrase qu'il a écrite sur Wikipédia dans l'article sur le suicide. Il me dit comment il s'appelle mais j'oublie.

Plus tard, genre deux semaines, je vois ce jeune clochard à une station de tramway. Il fait nuit, et doux. Il est torse nu et porte un matelas. Je lui demande comment il s'appelle. "Maladie", me répond-il.

"Maladie" : quand je vois son corps plein de pustules, pire encore, quand je vois qu'il s'était enroulé un élastique très serré autour de son pouce, et que le pouce, tout rouge, avait enflé et quadruplé de volume, j'ai compris pourquoi ce clochard s'appelait ainsi, et, ne voulant devenir malade par contagion, au décidé de l'éviter. Ce n'est pas de la discrimination : c'est du bon sens.

Le soir, quand je rentre, une seule obsession : tout faire pour ne pas tomber malade. Je fais une machine à laver exprès pour mes vêtements, je lave mes chaussures, je souhaite une méticulosité tellement grande que je ne peux l'atteindre, tant pis.
J'envisage de mourir la semaine suivante.

Puis je me lave tout entier, de la tête au pieds. À ce moment, j'en avais rien à foutre que le gel douche sente bon, tout ce que je voulais, c'est qu'il tue les microbes ; je me demande même si les vieux savons ne sont pas mieux que les gels douches récents pour tuer les microbes.

Les jours et les semaines passent, et Maladie ne m'a pas rendu malade ! Si je vivais dans le monde de Warhammer, il est clair que ce type aurait été un fervent disciple du dieu du Chaos Nurgle, dieu de la pourriture et de la maladie.

IV Des cas plus limites

Heureusement, des gens comme Maladie, y en a pas des masses ^_^ .

Bien, maintenant, je voudrais poursuivre sur des cas particuliers, que l'on se questionne sur quel degré d'hygiène il faudrait avoir. Avec Maladie, c'était compteur d'alarme au maximum, donc on déploie des gros moyens. Mais pour le reste ? Où se trouve le juste milieu ?

Dans le but d'éviter les maladies,

-est-on obligé de laver sa vaisselle après chaque repas ?
-est-on obligé de laver son corps tous les jours ?
-est-on obligé de se laver les mains à chaque fois que l'on vient d'uriner ou déféquer ?

Toutes ces questions sont bonnes à poser.

L'hygiène, ce n'est pas un ensemble de règles dogmatiques. L'hygiène, c'est une pragmatique du bon sens pour lutter contre les maladies. Que l'on s'en souvienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Sciences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche