Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 17:08

[Mise à jour 2014/6/6 : Avez-vous déjà essayé d'expliquer une expérience traumatique à une personne qui n'a jamais rien vécu de tel ? Aujourd'hui, je pense que les gens qui ont une grosse lacune d'expérience ne peuvent pas comprendre, quelle que soit la façon dont on leur explique.]

 

Je ne suis pas expert en pédagogie. Néanmoins, je me suis déjà penché sur le sujet, pour en savoir plus. Le but de cet article est de permettre à chacun des lecteurs de se faire une idée plus précise de ce qu'est la pédagogie afin d'éviter certains écueils lorsqu'il s'agit d'enseigner quelque chose à quelqu'un d'autre.

I Savoirs et croyances
II L'importance des bases
III Esquisse des techniques pédagogiques

I Savoirs et croyances

1- Construction des croyances
2- Le rasoir d'Ockham et la débroussailleuse

1- Construction des croyances

Il y a un schéma très important que j'aimerais vous montrer. Quand on apprend quelque chose, très souvent, on a besoin de savoir quelque chose d'autre pour comprendre cette chose. Par exemple, on a besoin de connaitre l'addition si on veut apprendre la multiplication. Ou encore, on a besoin de connaitre l'Anglais si on veut faire une analyse de Hamlet de Shakespeare en version originale, c'est-à-dire en Anglais.
Ainsi, en matière d'apprentissage, des connaissances se construisent par dessus les autres : celles qu'il y a à la base, c'est celles qu'on est obligé d'avoir si on veut avoir celles du dessus.
Là où ça devient problématique, c'est que ça marche pour toutes les croyances, qu'elles soient erronées ou véridiques. C'est ainsi que sur des bases irrationelles peuvent se bâtir des édifices de croyances entiers.

Bon, je vous balance le schéma ^_^

schema pedagogie
Schéma partiel des constructions des croyances.

Ce schéma n'est là que pour vous donner un ordre d'idée des mécanismes de construction des croyances sur d'autres. Comme vous le savez sûrement, on a besoin de connaitre l'addition pour apprendre à faire des multiplications, et c'est pour ça qu'on enseigne l'addition avant la multiplication à l'école (comme quoi, le programme est pas si mal foutu ^_^).
A droite, j'ai voulu montrer que cette construction marche aussi pour des croyances erronées : une personne qui sait ce qu'est un dinosaure et pense que la Bible est 100 % vraie sera amenée à croire qu'un jour, les hommes et les dinosaures ont coexisté, ce qui est complètement faux au regard des données que donnent les fossiles et la datation radioactive.

Voici un autre schéma qui peut montrer comment d'une racine irrationnelle peut naitre des branches monstrueuses :

croyances_consanguinite.jpg
Construire de nombreuses croyances sur des bases irrationnelles peut mener à des croyances pour le moins délirantes...

Ce dernier schéma n'est pas simple, aussi vais-je l'expliquer. Si on pense que la Bible est 100 % vraie, on croira que tous les êtres humains sont des descendants d'Eve et d'Adam. Or, l'expérience montre que lorsque des êtres très proches génétiquement s'accouplent, les rejetons sont malades, voire inaptes à vivre. On a donc des raisons de penser que les descendants d'Eve et d'Adam seraient éteints à cause de la consanguinité, ce qui contredit la thèse selon laquelle tous les humains descendent de ces deux personnes. Sur ce paradoxe peut se bâtir une pirouette qui dit "Au début, la consanguinité n'existait pas, c'est quand les hommes ont été nombreux que plus tard, le Diable a créé la consanguinité.".


Un autre schéma du même genre...

croyances big bang
Ne pas se remettre en question, ça peut mener loin... Et pas forcément au bon endroit !

Les observations astronomiques montrent que l'Univers est vieux de 13,7 milliards d'années. On le sait car on observe de la lumière à une telle distance qu'on sait qu'elle a mis autant de temps pour parvenir jusqu'à nous.
Selon la Bible, l'Univers est vieux d'environ 6 000 ans, ce qui contredit les observations astronomiques. Pour cela, une nouvelle pirouette peut être faite : penser que les observations sont mal interprétées car la vitesse de la lumière était plus grande auparavant, alors que le calcul requiert une vitesse de la lumière constante dans le temps.

2- Le rasoir d'Ockham et la débroussailleuse

Bien. Maintenant que je vous ai montré ce schéma, un petit mot à dire sur le traitement à faire subir aux croyances erronées.
Le rasoir d'Ockham, c'est une image selon laquelle on évite de faire trop d'hypothèses compliquées sur une croyance basique, comme si les croyances étaient telles une barbe, et qu'il faut couper régulièrement les petites excroissances avant que ça devienne un gros truc complètement délirant. On peut aussi voir ça comme un arbre dont on coupe des rameaux au lieu de laisser pousser des branches monstrueuses...

En abrégé, le rasoir d'Ockham, c'est : "Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?". Le rasoir d'Ockham évite la prolifération d'hypothèses compliquées et incite à chercher l'explication la plus simple parmi celles qui tiennent debout.

Bien. La débroussailleuse. Ce que j'appelle la débroussailleuse, c'est quand on a bâti des croyances délirantes sur des bases bancales, et qu'on coupe tout d'un coup. Si on applique le rasoir d'Ockham régulièrement, tel une hygiène scientifique, on n'a pas à en passer par là... Mais parfois, il faut faire table rase et désapprendre une multitude de choses fausses que l'on a apprises. Et je vais vous faire une révélation : il m'est déjà arrivé d'utiliser la débroussailleuse -_-

II L'importance des bases

Comme vous l'avez compris, impossible de comprendre quelque chose tant qu'on a pas les bases. Ce que je veux dire ici, c'est qu'il est très important d'avoir de bonnes bases dans tous les domaines, car cela ouvre un très vaste champ de connaissances. Parmi ces bases, je donnerais :

- la gentillesse ;
- les langues (en particulier l'Anglais) ;
- la compréhension des mécanismes de l'évolution des espèces ;
- la notion de matière ;
- savoir créer une vidéo Youtube ;
- savoir créer un site web ;
- savoir faire des beaux graphismes 2D avec un ordinateur ;
- etc.

La base la plus importante ? La gentillesse. Car c'est là-dessus que se construisent de bons rapports humains.
On pourrait penser que c'est le langage, mais il vaut mieux un simplet muet et gentil qu'un connard qui parle, qui parle... (Non, non, je parlais pas de moi !)

Je vous incite à vous intéresser un peu à tout et à avoir de bonnes bases un peu partout. Surtout, il faut que ces bases soient bonnes, car si elles sont mauvaises, vous risquez de partir un peu n'importe où. Vous verrez, l'avantage quand on s'intéresse à tout, c'est qu'on peut communiquer plus facilement avec des gens de spécialités différentes. Socialement, c'est super utile. Que cela ne vous empêche surtout pas d'avoir une ou plusieurs spécialités, car il faut bien que les talents de chacun se complètent !

 

 technicien chimiste

On ne peut pas être bon partout... Quand on a une spécialité, on peut toujours en faire profiter les autres. Ici, un technicien chimiste qui fera profiter de son savoir-faire plusieurs personnes, et qui pourra lui même profiter du savoir faire des médecins, des pompiers, des cheminots, et de bien d'autres personnes.

 

Ah oui, et aussi : le fait de s'intéresser à tout, ça porte un nom. On appelle ça l'éclectisme.


III Esquisse des techniques pédagogiques

Bien. Je vais ici me risquer à définir plus concrètement ce qu'est la pédagogie.
La pédagogie est une science pratique. Toute personne tentant de découvrir de nouvelles techniques pédagogiques ne peut le faire qu'en enseignant quelque chose à d'autres. C'est une science de terrain.

Si je donne ces techniques, c'est parce que je pense qu'elles peuvent vous être utiles. Ne vous est-il jamais arrivé de vous énerver parce que vous n'arrivez pas à faire comprendre quelque chose à quelqu'un d'autre ? Même pas un petit peu ?

Je ne suis pas sûr à 100 % que les techniques que je vais donner sont de bonnes techniques pédagogiques, donc si vous avez une critique à faire là-dessus, n'hésitez pas à laisser un commentaire ! (J'ai dit : n'hésitez pas !)

+ Eviter d'être mal vu par l'apprenant. En effet, l'affectif joue souvent beaucoup dans la pédagogie : si l'apprenant n'aime pas l'enseignant, il risque de penser des choses du genre "De toute façon, tout qu'il fait, c'est de la merde.". Ce qui est une situation pour le moins embarrassante.

+ Regarder l'apprenant dans les yeux. Ça stimule son intellect et capte son attention.

+ Parler suffisamment fort et distinctement.

+ Ne pas croire que l'on détient un savoir sûr à 100 %. Vous savez, y a des fois où les élèves ont raison là où les professeurs ont tort...

+ Ne pas hésiter à se répéter, même si on pense que c'est acquis. Le savoir fuit à une vitesse que l'on sous-estime trop souvent, aussi est-il toujours bon de faire plein de petits rappels pour rafraichir la mémoire. Ceci est d'autant plus important que si on enseigne quelque chose à plusieurs personnes, ces personnes n'auront pas forcément eu les mêmes prérequis, aussi est-il bon de rappeler (vite fait) ces prérequis pour que tout le monde soit au même niveau.

+ Ne pas se moquer de ceux qui sont à la ramasse. Pourquoi ? Parce que c'est un coup à être mal vu, et, ensuite, à ne pas être écouté.

+ Chercher à être le plus clair possible. Ça peut paraitre évident, mais si tous les profs d'université cherchaient à le faire, les élèves auraient un bien meilleur niveau... Et les profs aussi ^_^ Après tout, il n'est pas erroné de dire que si on n'arrive pas à expliquer quelque chose à un enfant de six ans, c'est qu'on n'a pas très bien compris. En effet, les enfants de six ans sont suffisamment âgés pour comprendre des explications rationnelles, et suffisamment jeunes pour ne pas avoir le cerveau obstrué par des conneries. Donc on doit viser un niveau de clarté suffisamment élevé pour qu'un enfant de six ans puisse comprendre... Et s'il n'a pas les prérequis pour comprendre, on peut les lui expliquer. FAUX. Avec une expérience insuffisante, toute explication est vaine. Ce n'est qu'une question de temps.

+ Se retenir de dire certaines choses qui peuvent bloquer l'apprentissage. Si vous commencez à initier un enfant à la politique en lui disant que les politiciens sont tous pourris, vous ne serez certes pas loin de la vérité, mais tout ce que vous risquez, c'est de donner encore plus de pouvoir à ces politiciens pourris en créant un apolitique de plus ;-) En pédagogie, il faut savoir prendre sur soi.

+ Insister lorsqu'on parle de quelque chose de plus important que le reste. Cela peut se faire en disant au préalable que c'est important, en regardant la personne droit dans les yeux, intensément, en parlant de manière différente et marquante, en fait, il y a plusieurs façons de s'en sortir, et elles ne sont pas toutes incompatibles :-)

+ Dans le cadre d'un cours, ne pas avoir peur de faire des petites digressions. Les bons profs font souvent des digressions qui enrichissent la culture générale de l'apprenant. Et puis ça permet de souffler un peu :-)

+ Dans un contexte d'éducation comme un article journalistique ou scientifique, il est bon de dire quels sont les prérequis pour bien comprendre le texte.

+ Dans la pédagogie, je crois que s'il y a une cerise sur le gâteau, c'est quand c'est drôle. De toutes les personnes pédagogues que je connaisse, celles qui se démarquent en étant un peu au dessus des autres sont celles qui ont su faire rire l'auditoire.

Voilà, j'en ai déjà donné pas mal. Cet article n'est pas parfait, aussi toutes les critiques sont les bienvenues, et même si il était parfait, ce serait pas une raison pour se priver de commentaires...

Partager cet article

Repost 0
Published by Bête spatio-temporelle - dans Sciences de la société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • L'étoile du marin, site web de Corentin CHAROUSSET
  • : Sciences humaines, exactes ou naturelles, philosophie, politique, arts... Je vous emmène sur les flots dans un voyage aux mille escales, avec toujours le même objectif dans la longue-vue : l'étoile du marin, ou l'idéal qui anime l'homme qui a de l'espoir.
  • Contact

Recherche